Les championnats nationaux Elite terminés, les boxeurs se sont retrouvés à l’entraînement au Centre national à Vacoas lundi dernier. Face à l’entraîneur national, Judex Bazile, ils ont été de nouveau mis devant certaines responsabilités, notamment la discipline, la rigueur et la régularité aux séances d’entraînement. D’autant que les Jeux du Commonwealth, objectif majeur de la saison, approchent à grands pas.
Le fait que trois finalistes ont été disqualifiés pour n’avoir pu faire respecter leur poids en matinée et qu’un autre soit arrivé carrément en retard à la pesée a donné lieu à certaines interrogations. « Effectuer la pesée le matin des finales a été une façon d’éduquer et d’attirer l’attention des boxeurs. Ils n’étaient sans doute pas préparés psychologiquement à cette prise de conscience de difficultés et de discipline de combat. Reste qu’à notre niveau, nous demeurons intransigeants sur ce respect du poids. Il faut que les boxeurs affichent encore plus de rigueur et de discipline, d’autant que cet exercice se répétera au cours des prochaines compétitions », affirme Judex Bazile.
L’ouvrage est donc remis sur le métier, et c’est ainsi qu’un stage semi-résidentiel est prévu dans une quinzaine de jours. Il concernera également les présélectionnés en vue des championnats du monde Youth prévus du 10 au 20 avril en Bulgarie. En attendant, l’entraîneur national estime que quelques demi-finales des championnats nationaux ont été d’un niveau appréciable, à l’image de celles ayant opposé Merven Clair à Jonathan Ramchurn, Hussein Mohungoo à Jonathan Pavillon, Fleurot Louis à Ronnie Pierre-Louis et Olivier Laverdure à Jordy Vadamootoo.
Par contre, il fait ressortir que les finalistes ont paru manquer de fraîcheur physique, sans doute en raison de ce besoin de respecter leur poids. « Ils ont paru empruntés et cela a gâché le spectacle. Néanmoins, d’un point de vue général, le niveau était raisonnable, surtout pour un début de saison. Toutefois, ceux qui se trouvent dans la présélection nationale devront obligatoirement hausser leur niveau ».
Toujours est-il que cette compétition nationale a été marquée par quelques faits, notamment le retour en force de Kennedy St Pierre vainqueur expéditif de Cédric Olivier en finale de la catégorie -81 kg. « Depuis mi-2013, il avait annoncé la couleur, d’où sa participation aux championnats du monde. Il devra faire montre d’encore plus de sérieux et il est dommage que nous n’avons pu évaluer les deux boxeurs vu que le combat n’a pu parvenir à terme », explique Judex Bazile. P
uis, ce titre de meilleur boxeur qui est revenu à Merven Clair. « C’est un jeune qui monte, mais qui affiche encore des déchets en défense. Cependant, sa boxe va de pair avec le nouveau système de pointage et il s’avère également percutant en attaque », souligne l’entraîneur national.
Ce dernier se dit aussi satisfait de la prestation des deux expatriés, Hussein Mohungoo et Noorman Meerun, champions nationaux chez les -64 kg et -91 kg respectivement. « L’idéal se trouve d’avoir plusieurs boxeurs sous la main. Plus l’effectif est grand, plus grande est notre marge de manoeuvre », affirme-t-il.
Quoi qu’il en soit, les prochaines sorties permettront de constater si les représentants mauriciens possèdent le tempérament et les arguments voulus pour briller aux Jeux du Commonwealth.