La consécration au Tournoi d’Angoulême en France le mois dernier aura-t-elle la dernière au palmarès déjà éloquent de Richarno Colin ? Alors qu’il était pressenti pour un retour en France la semaine dernière afin de poursuivre son stage au CREPS de Rouen sous la férule de Salem Hamroui, le boxeur de la catégorie -64 kg se trouve toujours à Maurice. De surcroît, il a signifié son intention de mettre un terme à sa carrière. Reste que les raisons entourant cette décision pour la moins inattendue demeurent floues jusqu’ici.
Contacté hier en début d’après-midi, Richarno Colin nous a fait part de sa décision. « Ce n’est certainement pas une rumeur. Je vous confirme que je compte arrêter ma carrière ». Toutefois, il se montre hésitant et tourmenté quant aux raisons entourant cette décision. « Je ne peux exprimer mes sentiments. Il existe des problèmes d’ordre personnel. Il vaut mieux ainsi que je me retire ». Richarno Colin confirme également qu’il ne s’est pas présenté aux séances d’entraînement ces deux dernières semaines. Toutefois, il s’est rendu à une séance de musculation hier matin, mais s’est blessé au doigt avec une haltère.
Au niveau du staff technique de l’Association mauricienne de boxe (AMB), on hésite à se prononcer sur ce sujet. L’entraîneur national, Judex Bazile, soutient que l’aîné des frères Colin était absent des séances d’entraînement tenues en début de soirée ces derniers jours. « Je l’ai senti découragé, mais je ne peux vous dire la raison de ce découragement. À mon avis, il a pris un certain recul ». Il refuse cependant de croire pour l’heure à un retrait définitif de son poulain. « Il n’existe rien de concret à ce sujet. D’ailleurs, aucune lettre de résignation n’a été reçue de Richarno au niveau de la fédération. Donc, il s’agit de ne pas précipiter les événements ».
Si Richarno Colin tente de relativiser en évoquant des problèmes personnels, des sources bien informées avancent que les relations sont tendues depuis le début de cette année entre le président de l’AMB, Pascal Telvar, et lui. D’ailleurs, ils auraient eu une prise de bec avant le départ de Colin en France en janvier dernier. Mais Pascal Telvar n’arrive pas à comprendre que cette relation tendue ait pu pousser le boxeur à vouloir mettre un terme à sa carrière. « Richarno a mal interprété mes propos. Je demeure persuadé que certains lui ont monté la tête. De mon côté, je l’ai toujours encouragé dans sa carrière, car je suis proche des boxeurs et à l’écoute de leurs problèmes ».
Tout en soulignant que Richarno Colin demeure « le plus grand perdant » dans toute cette histoire, le président de l’AMB souligne que le boxeur avait refusé une proposition pour participer aux World Series of Boxing et qu’il a longtemps hésité pour accepter la bourse intérimaire offerte par la Solidarité Olympique dans le cadre des Jeux Olympiques de Rio. De ce fait, le dossier avait été expédié au Comité olympique mauricien avec un certain retard.
Si la décision prise par Richarno Colin s’avère irréversible, il va de soi que le sport mauricien perdra un de ses plus beaux fleurons de ces dernières années et sans doute son meilleur espoir pour les prochains Jeux du Commonwealth. Huitième de finaliste aux Jeux Olympiques de Beijing en 2008 et de Londres quatre ans plus tard, il possède à son palmarès la consécration aux championnats d’Afrique et aux Jeux d’Afrique de 2011 et aux Jeux de la Francophonie.
Double médaillé d’or aux Jeux des îles et champion national en plusieurs occasions, il a également décroché la médaille de bronze aux derniers Jeux du Commonwealth en Inde en 2012 et a élu sportif de l’année en 2011. Bénéficiaire d’une allocation de la High Level Sports Unit au niveau mondial, Richarno Colin bénéficie également du patronage de Phoenix Beverages.