Week-End annonçait, il y a deux semaines, le départ du boxeur Richarno Colin (-64 kg) pour le centre de haut niveau de l’INSEP (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), à Paris en France. Selon nos informations, les démarches administratives permettant le déplacement du boxeur sont toujours en cours. Richarno Colin attend, pour sa part, le grand départ avec impatience, car dans sa tête, tout est programmé afin de réaliser une très bonne saison en France. Il nous revient toutefois que son déplacement pourrait être quelque peu retardé avec le changement intervenu le 8 février au sein de la direction de la FFB (Fédération française de Boxe) où le Dr Humbert Furgoni a été remplacé  par André Martin. Afin d’éviter tout contre-temps, le président de l’AMB, Rajiv Rajcoomar, a déjà renouvelé la demande d’intégration de Richarno Colin auprès de la nouvelle direction.
Après un mois de préparation intense, l’entraîneur national Judex Bazile a donné son feu vert à la fédération pour que les démarches administratives soient entreprises, afin que Richarno Colin puisse mettre le cap sur Paris dans les plus bref délai. Le principal concerné est lui impatient de rejoindre l’INSEP dans le cadre de sa préparation en vue des Jeux olympiques de 2016, à Rio au Brésil. Ses problèmes personnels faisant désormais partie du passé, c’est dans un nouvel état d’esprit qu’il aborde 2013. « Physiquement et psychologiquement, je suis prêt à partir. Cette préparation de haut niveau va me permettre de franchir un pallier. Elle me sera bénéfique et à moi maintenant de m’investir au maximum pour aller encore plus loin », a déclaré Richarno Colin.
Malgré le fait qu’il n’a pas mis le cap sur Paris en octobre dernier comme convenu, le boxeur estime avoir accompli du progrès au cours de ces quatre dernières semaines de préparation intense selon un programme taillé sur mesure par Judex Bazile. « La préparation a été impeccable. Il n’y a rien à dire à ce niveau. Judex Bazile a fait ce qu’il fallait pour que je retrouve très vite la forme et ce, sans brûler les étapes. Il m’a donné beaucoup de conseils et m’a encouragé. Je reconnais avoir raté une ou deux séances d’entraînement et je trouve que c’est vraiment dommage », a indiqué le boxeur.
Ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué de remercier l’entraîneur national pour son soutien. Il a aussi remercié sa famille, les membres du staff technique, la fédération, le TFES (Trust Fund for Excellence in Sports), le ministère de la Jeunesse et des Sports, son sponsor PBL (Phoenix Beverages Limited) et tous ceux qui lui ont permis d’être là où il se trouve aujourd’hui. Richarno Colin a ajouté se sentir très bien et cela s’est confirmé, a-t-il dit, lors de son combat remporté aux points (9-0) face au Rodriguais Aniel Lisette, il y a deux semaines. « Je me suis senti très bien au cours de ce combat et je ne m’y attendais pas. Certes, mon adversaire n’est pas du même niveau, mais je trouve que physiquement j’étais très bien », a-t-il souligné.
Prendre une nouvelle dimension
Pour revenir à son déplacement à l’INSEP, Richarno Colin a indiqué qu’il compte prendre pleinement sa chance, car en France, a-t-il ajouté, il aura l’occasion de rencontrer plusieurs sparring partners. Ce qui est très important pour la progression d’un boxeur. « Ce qui est sûr, c’est que se préparer dans un centre comme l’INSEP apporte une motivation supplémentaire. J’aurai l’occasion de rencontrer de nouveaux boxeurs et de différents styles. Cela va me permettre de prendre une nouvelle dimension. Qui plus est, j’aurai également la chance de participer à des compétitions. Je pense que je ne peux en demander plus si ce n’est  de me donner au maximum », a-t-il fait remarquer.
Richarno Colin estime même que ce stage de haut niveau va lui permettre d’atteindre d’autres sommets qu’il n’a pas été en mesure de toucher en 2012. Contrairement aux Jeux olympiques de 2008 en Chine où le jeune retraité Bruno Julie – médaillé de bronze à ces Jeux – et lui avaient bénéficié de trois mois de préparation à l’étranger, 2012 n’a pas été identique en terme de préparation de haut niveau. « C’est sûr que je voulais une médaille olympique comme tout le monde le souhaitait également. Mais il faut aussi être réaliste et se dire que je n’ai pas eu la chance de participer à un maximum de camps d’entraînement et compétitions à l’étranger. Cette situation  a apporté un manque de confiance et forcément, cette mauvaise performance aux Jeux a été très difficile à digérer », a fait ressortir le boxeur.
Avec son départ pour la France, Richarno Colin s’est déjà fixé comme objectif les Championnats d’Afrique Élite qu’organisera l’AMB, à Maurice cette année, mais également les Championnats du monde du Kazakhstan, prévus du 4 au 20 octobre prochain. Après son échec de 2007 à Chicago aux États Unis et de 2009, à Milan en Italie, où il n’avait pu passer un tour, le Mauricien espère faire mieux cette fois en profitant bien évidemment de la préparation qu’il bénéficiera à l’INSEP.