Longtemps attendu, enfin arrivé. Le Cubain Roberto Ibanez, engagé comme technicien de la boxe mauricienne pour une période d’une année, a posé ses valises hier matin. Pas de répit pour celui qui avait dû différer sa venue en deux occasions pour des raisons familiales et d’obtention de visa. Il s’est rendu dès hier matin au Centre de boxe à Vacoas pour superviser la séance d’entraînement des présélectionnés en vue des prochains Jeux des îles.
D’emblée, le courant est passé entre les pugilistes et Roberto Ibanez. « Ce sont des gars qui veulent apprendre et qui possèdent des qualités. Il reste maintenant à améliorer ce potentiel », indique le Cubain de 44 ans, fort de ses vingt années de coaching. Il ne vient pas en terrain inconnu, ayant conduit la sélection du Ghana à Maurice lors des championnats d’Afrique tenus en 2011. « Nous avions obtenu des résultats intéressants et un de mes éléments avait décroché la palme de meilleur boxeur de la compétition », se rappelle-t-il.
Qui plus est, Roberto Ibanez avait été sollicité l’année dernière pour s’occuper de la préparation de Kennedy St Pierre et Richarno Colin lors de leur stage à Cuba en vue de leur participation aux Jeux du Commonwealth. « Ce sont deux boxeurs de très bon niveau et dotés d’un potentiel intéressant. D’ailleurs, St Pierre a brillé aux Jeux du Commonwealth », souligne-t-il.
Reste que son périple de quatre ans au Ghana, seul pays étranger où il a exercé jusqu’ici, restera gravé dans sa mémoire. « J’ai eu l’occasion de conduire les boxeurs de ce pays à plusieurs compétitions internationales, notamment les Championnats d’Afrique, les Jeux d’Afrique en Algérie, les Jeux du Commonwealth en Inde et les Jeux Olympiques à Beijing. Ma grosse satisfaction demeure que nous avons pu obtenir 16 médailles d’or à l’issue de ces compétitions ».
S’il est par la suite revenu dans son pays natal afin d’occuper le poste d’entraîneur en chef en province, Roberto Ibanez veut maintenant partager sa recette du succès avec les boxeurs mauriciens. « La discipline demeure primordiale. Il faut également qu’ils fassent preuve d’intelligence et de coeur. Mon voeu demeure que ces boxeurs réussissent ».
Même s’il n’a pu défendre les couleurs de son pays au niveau international vu la forte concurrence, le Cubain veut marquer son empreinte sur le sol mauricien, notamment à travers des performances lors des échéances des prochains mois, soit les Jeux des îles, les Jeux d’Afrique, les championnats du monde et les épreuves qualificatives en vue des Jeux Olympiques de Rio.
En attendant que le staff technique soit au complet au début de la semaine prochaine, avec le retour au pays de Judex Bazile et de Richard Sunee (actuellement en Bulgarie), le technicien étranger a donc travaillé de concert avec l’assistant-entraîneur national, Josian Lebon, lors de ces premières séances. Le fait qu’il se soit d’emblée montré aussi enthousiaste dans sa démarche a laissé une forte impression chez Pascal Telvar, président de l’Association mauricienne de boxe. « Roberto means business. Il sera un renfort de choix pour le staff technique et nous souhaitons récolter les fruits de son travail à long terme ».
Quant au principal concerné, pas réellement friand d’interviews, il dit ne reconnaître que la vérité du ring.