Cela fait longtemps que l’Association mauricienne de Boxe (AMB) n’est pas représentée par des juge-arbitres lors des compétitions internationales d’où la décision de lancer une série de formation culminant ensuite vers l’obtention d’une étoile de l’Association international de Boxe (AIBA). Après une première session de travail, samedi dernier au centre national à Vacoas, le président de l’AMB, Indiren Ramsamy, prévoit d’organiser deux autres journées de formation, une à la mi-novembre et une autre très probablement en décembre prochain. Si tout se passe bien, les deux premiers aspirants juge-arbitres à une étoile de l’AIBA devraient se déplacer à l’étranger au début de 2018 pour une formation plus poussée.
La séance de formation de samedi dernier, s’est tenue sous la supervision d’un ancien juge-arbitre international, nommément Louis Gua, qui était assisté de Michaël Soulange et de Jean-Paul François et selon Indiren Ramsamy, fut une réussite. « Je tiens d’abord à remercier les trois animateurs de cette formation, d’abord pour leur disponibilité, et ensuite pour les précieux conseils transmis aux participants. Nous avons aussi vu des juge-arbitres très motivés et déterminés et cela augure de bonnes choses pour la suite. L’objectif de la fédération est d’avoir à nouveau des juge-arbitres capables d’officier au niveau international et je peux dire que nous sommes sur la bonne voie », a-t-il déclaré.
Selon le président de l’AMB, 14 juge-arbitres étaient présents samedi dernier, dont un nouveau issu du comité régional de Rivière Noire. Il a précisé que pour être en mesure de faire venir un instructeur de l’AIBA et organiser une formation pour l’obtention d’une étoile à Maurice, il faut impérativement avoir un minimum de 15 participants aux stages locaux. Ce qui n’est pas le cas actuellement; d’où le déplacement de deux juge-arbitres pour suivre un stage poussé au début de l’année prochaine. « Cela fait trop longtemps que nous ne sommes pas représentés au niveau international et il était plus que temps que nos juge-arbitres aient la possibilité et la chance de décrocher cette étoile de l’AIBA », a-t-il fait remarquer.
Lors de la journée de samedi dernier, les jeunes du Pole Espoir étaient présents au centre national pour disputer des tests matches. L’occasion pour les juge-arbitres de travailler en situation réelle. « C’était une belle expérience, d’autant que, Louis Gua et son équipe ont pu apporter des corrections là où c’étaient nécessaires. Grâce à ce travail avec les jeunes du Pole Espoir, Louis Gua, a pu également avoir une idée de la valeur des participants avant la prochaine séance de travail qui se déroulera à la mi-novembre », a expliqué Indiren Ramsamy.  
Plus de nouveaux souhaités
Si ce dernier, s’est dit satisfait de l’enthousiaste affiché par les participants, en revanche, il a trouvé insuffisant qu’un seul nouveau juge-arbitre ait été délégué pour assister à cette formation, alors que la fédération avait incité les comités régionaux à envoyer aussi des nouveaux. « Seul le comité régional de Rivière Noire, a répondu favorablement à l’appel. Nous souhaitons que plus d’efforts soient faits lors de la prochaine session de travail. Nous lançons aussi un appel aux jeunes intéressés dans ce domaine et qui ne font pas partie des comités régionaux à prendre contact avec la fédération. Nous ferons ensuite le nécessaire pour leur donner l’encadrement nécessaire », a-t-il souligné.
En parlant de juge-arbitres, l’AMB a honoré la mémoire d’un ancien juge-arbitre international, nommément feu Guy Bazerque, décédé récemment. C’était lors d’une compétition tenue il y a trois semaines à Vacoas. Un shield avait alors été remis à son fils Gérard Bazerque. Soulignons aussi que lors de cette soirée, la fédération avait procédé à une remise d’équipements à ses comités régionaux. Rodrigues qui n’était pas présent à la compétition recevra ses équipements prochainement. Il convient de souligner c’est grâce en partie aux primes obtenus par l’engagement passé de Kennedy St Pierre dans l’AIBA Pro Boxing que l’AMB a pu s’acheter ces équipements. L’aide du ministère de la Jeunesse et des Sports et du Trust Fund for Excellence in Sports (TFES) avait aussi été obtenue.