La boxe mauricienne a tiré efficacement son épingle du jeu au cours des finales disputées hier soir au stade Nelson-Mandela à Saint-Pierre, avec une meilleure moisson que lors des deux dernières éditions des Jeux des îles. Trois médailles d’or décrochées contre deux en 2007 et 2011 : la satisfaction est de mise, même si certains résultats portaient à controverse. Ces médailles ont été acquises par Jordy Vadamootoo (catégorie -56 kg), Richarno Colin (-64 kg) et Merven Clair (-75 kg).
« Trois boxeurs sur la plus haute marche du podium, c’est bien. Toutefois, nous méritions mieux, soit cinq ou six médailles d’or », soutient l’entraîneur national, Judex Bazile. Ce dernier tenait ainsi en considération les verdicts défavorables à l’encontre de Ludovic Bactora et Cédric Olivier, battus par les Réunionnais Marcus Gévia et Clément Hong Sik Hee respectivement.
Concernant les médaillés dor, Judex Bazile tenait les propos suivants : « Jordy s’est révélé précis avec ses enchaînements, Richarno a forcé son adversaire à l’abandon, avec des attaques incessantes, tandis que Merven a boxé avec intelligence, tout en faisant preuve de mobilité. »
L’agréable surprise est donc venue du jeune Jordy Vadamootoo. Découvert au cours des championnats nationaux Elite la saison dernière, le sociétaire du comité régional de Quatre-Bornes n’avait même pas atteint la finale des derniers championnats nationaux, étant battu par Oliver Laverdure en demi-finales. Toutefois, sa détermination et sa régularité aux séances d’entraînement devaient faire pencher la balance en sa faveur au moment de la sélection finale.
Certes, on ne vendait pas cher ses chances de succès aux Jeux des îles, vu qu’il en était à son baptême du feu dans cette compétition. Mais voilà, Jordy Vadamootoo devait créer une première sensation en demi-finales en dominant le Réunionnais Jordan Rodriguez, donné favori. Cette fois, en finale, le pugiliste, qui semble bien parti pour prendre la relève de Bruno Julie dans cette catégorie, prenait la mesure du Malgache Heritovo Rakotomanga à l’unanimité des juges.
De son côté, Richarno Colin est demeuré maître de la catégorie -64 kg. Vainqueur aux Seychelles en 2011, l’aîné des frères Colin a cette fois repoussé le challenge du Malgache Rajaonarison. Une victoire acquise avant la limite, soit au troisième round. Après avoir réalisé l’essentiel au cours des deux premières reprises, Richarno Colin maintenait la pression lors du dernier round et l’arbitre mettait un terme au combat.
La troisième médaille d’or est à mettre à l’actif de Merven Clair chez les-75 kg. Une consécration fort symbolique dans le sens où le boxeur de la capitale avait dû disputer un match d’appui face à Jean-Luc Rosalba pour décider qui évoluerait dans la catégorie -69 kg et celle des -75 kg. Défait aux points, Merven Clair, contraint d’évoluer dans une catégorie supérieure, réalisait un véritable coup de maître en venant à bout du Seychellois Jovet Jean, qui partait avec la faveur des pronostics.
Par contre, Ludovic Bactora n’a pu réaliser un trois à la suite dans la catégorie -52 kg. Après ses succès acquis en 2007 et 2011, il n’a cette fois pu venir à bout du Réunionnais Marcus Gévia, champion de France et vice-champion du monde universitaires. Certes, le combat a été âprement disputé, et ce n’est qu’à la majorité des juges que Gévia a fait la différence.
Au cours de la première reprise fort équilibrée, Bactora était légèrement blessé à l’arcade sourcilière gauche. Toutefois, il maintenait la pression sur son adversaire, qui était contraint d’évoluer en contre. Le troisième round était engagé jusqu’au bout et Gévia était finalement déclaré vainqueur. Tout comme son père, Raymond, lors des premiers JIOI en 1979.
De son côté, Cédric Olivier a livré un duel acharné face à Clément Hong Sik Hee. Certes, il a été compté à deux reprises lors du deuxième round, mais il n’a cessé d’attaquer lors des trois reprises. Dans un premier temps, un résultat nul était déclaré, avant que le verdict ne soit en faveur du boxeur de l’île soeur.
Au bout du compte, La Réunion termine en tête avec cinq médailles d’or, contre trois à Maurice et une aux Seychelles et à Madagascar.