Quatre combats et trois succès : les boxeurs mauriciens se sont montrés à la hauteur de la situation au cours de la deuxième soirée de l’Africa Open. Au Ditshopo Hall à Gaborone au Botswana hier soir, Oliver Lavigilante, Richarno Colin et Yannish Humpersad ont tous passé la rampe. Qui plus est, ce dernier se retrouve en ballottage favorable en vue d’une qualification pour les demi-finales. Seul Jonathan Ramchurn s’est incliné, mais d’extrême justesse.
« Ce fut une soirée intéressante et nous sommes passés tout près d’un sans-faute », se réjouit l’entraîneur national, Judex Bazile. Ce dernier se dit surtout satisfait de la prestation du jeune Yannish Humpersad (17 ans), qui s’est rebiffé suite à sa défaite concédée la veille face au Sud-Africain Songica Ayabonga. Le représentant mauricien dans la catégorie -56 kg n’avait d’ailleurs plus le droit à l’erreur s’il voulait aspirer à une qualification pour les demi-finales.
Opposé au Mozambicain Antonio Valdo Tavede, Humpersad prenait cette fois un départ en trombe en menant 6-2 à l’issue de la première reprise. Son adversaire jetait alors toutes ses forces dans la bataille afin de renverser la situation en sa faveur. Il remportait certes les deux autres rounds 6-5 et 3-1, mais le jeune Mauricien conservait son avance jusqu’au bout (12-11).
« Yannish a compensé son manque d’expérience internationale par une volonté de bien faire. Il a d’entrée pris son adversaire à la gorge, mais n’a pu maintenir la même cadence tout au long du combat. Il s’est montré tout de même résistant et possède à mon avis un bel avenir », souligne Judex Bazile.
Désormais, les données sont simples pour Yannick Humpersad, qui ne possède plus son destin entre ses mains. Il lui faudra attendre un succès du Sud-Africain aux dépens du Mozambicain afin qu’il termine à la deuxième place de son groupe pour ensuite affronter le vainqueur de l’autre poule lors des demi-finales croisées jeudi.
De son côté, Oliver Lavigilante a réussi son entrée en compétition. Le qualifié olympique de la catégorie -52 kg a également pris les devants lors de la première reprise (6-3) avant de gérer la situation par la suite (2-2 et 2-1) pour éventuellement s’imposer 10-6 face au Mozambicain Arthur Credildo.
« Oliver a gagné son combat tactiquement en se montrant très mobile face à un adversaire qui misait sur la puissance. L’avance prise lors du premier round s’est révélée décisive, car il a ensuite géré en vue de ses prochaines confrontations », fait ressortir l’entraîneur national.
Dans cette catégorie qui ne regroupe que cinq boxeurs et qui se déroule ainsi sur une ligue, Oliver Lavigilante tentera de confirmer ses bonnes dispositions face au Gabonais Franck Mombey ce soir.
Quant à Richarno Colin, il n’a pas eu à s’employer, du fait que son adversaire, à savoir le Zimbabwéen Brighton Masiyambun, ne s’est pas présenté sur le ring. En cas de succès aux dépens du Gabonais Wilfried Makaga ce soir, le qualifié olympique chez les -64 kg validera son visa pour les demi-finales.
Par contre, les chances de Jonathan Ramchurn de se retrouver dans le carré d’as se sont davantage réduites. Déjà battu par l’Algérien Zoheir Kedache dimanche, le représentant quadricolore chez les -69 kg s’est cette fois incliné face au Gabonais Yannick Mikounga. Une défaite au couteau (8-9) qui résulte somme toute de son départ laborieux lors d’une première reprise concédée (1-4).
Il effectuera alors le forcing pour remporter le deuxième round (5-3), mais les deux pugilistes ne pourront se départager lors de la dernière reprise (2-2). Il est toutefois à noter que Ramchurn était incertain au matin de ce combat suite à un coup reçu aux côtes. Cependant, aucune fracture n’avait été décelée au cours d’une radio et il avait ainsi obtenu le feu vert du médecin.
Ce soir, Jonathan Ramchurn sera au repos, alors que Merven Clair (catégorie -60 kg) effectuera son entrée en compétition.