Abordant sa conférence de presse avec la réformée électorale en passe de venir une réalité avec la présentation du Bill dans les jours à venir, Navin Ramgoolam a annoncé ce soir qu’une alliance PTr-MMM est en gestation. Il doit rencontrer le leader du MMM Paul Berenger ce samedi pour finaliser quelques points de l’accord sur cette alliance, avant d´animer ensemble une conférence de presse à la Clarisse House. « Il faut un gouvernement stable », dit le leader du PTr qui s’est gardé de dire ce qu’il adviendra du PMSD. Le premier ministre indique qu’il discutera avec le leader des Bleus lors du Conseils des ministres demain. Il dira cependant qu’il a  » certains points à évoquer avec lui, des points sur lesquels nous sommes fortement en désaccord ».
Après une discussion de plus d’une heure avec les membres de son bureau politique le leader du PTr confirme que « toutes les conditions sont réunies pour une alliance PTr -MMM . Selon lui  « a l’unanimité les membres du bureau politique du PTr sont en faveur d’une alliance PTr-MMM ». Reste à finaliser quelques points avant la concrétisation de cette alliance qui devrait être officiellement annoncée ce samedi à l’issue de la rencontre entre les deux leaders politiques à la clarisse House. Rencontre ou il sera aussi question de réforme électorale confie Navin Ramgoolam se targuant que « si je n’étais pas à la tête du PTr et si Paul Bérenger n’était pas à la tête du MMM, il n’y aurait jamais eu de réforme ». Il indique par la même occasion qu’il a reçu l’ébauche sur le projet de loi cet après-midi.« Le projet de loi a été finalisé. Je vais l’analyser et je compte par la suite rencontrer le leader de l’opposition samedi. Je vais faire circuler ce texte de loi si besoin est »,dit-il. Et de faire ressortir son l’intention de présenter le projet de loi sur la réforme électorale après les prochaines élections générales.
 
Insistant que la réforme électorale est liée à la II république, Navin Ramgoolam indique que c’est la raison pour laquelle il a abordé la question de partage de pouvoirs avec Paul Bérenger au cas où il y aurait une alliance. Revenant sur ses divergences avec le leader du MMM au sujet de l’élection du président de la république, le chef du gouvernement indique qu’après discussions, si lui était pour une élection au suffrage universel avec deux tours, il comprend les risques avancé par Paul Bérenger. D’où l’accord trouvé pour que l’élection du président se fasse au suffrage universel d’un tour. Aux questions de la presse un peu plus tard, il indiquera qu’il a été convenu « le président présidera le conseil des ministres ». Si « bann discussions inn  arrive bien loin et pe continué »,reste cependant d’autres issues à aplanir, indique Navin Ramgoolam, concédant qu’il existe des désaccords entre lui et Bérenger. « Nous sommes deux leaders et automatiquement nous ne pouvons pas tomber d’accord sur tout. Il nous faut de la volonté pour trouver des solutions aux problèmes. Moi, j’ai été Premier ministre trois fois et Bérenger compte plus de 40 ans en politique. Ce qui nous anime c’est  l’intérêt du pays »,a-t-il souligné, insistant que« toutes les conditions sont réunies pour consolider l’unité nationale et la stabilité ».
 
S’agissant du rôle du PMSD dans une éventuelle alliance PTr- MMM, Navin Ramgoolam est revenu sur le principal point de désaccord avec son actuel allié, soit le seuil d’éligibilité à 10%, expliquant la nécessitant de maintenir ce seuil. Il dit espérer rencontrer le leader du PMSD dans les jours à venir pour en discuter. Cependant à une question de la presse, concernant la place du PMSD dans une alliance PTr – MMM, Navin Ramgoolam répondra  qu’il compte lui parler avant de rencontrer Paul Bérenger samedi, soit lors du conseil des ministres demain. Une occasion pour le premier ministre d’aborder les points sur lesquels les deux alliés sont fortement en désaccord.
Navin Ramgoolam a aussi expliquéque si le Bill sur la réforme électorale est fin prêt, par contre le mini-amendement à la Constitution afin de rendre rendre Maurice conforme à la convention des Nations unies, n’a pas encore été finaliséet prendra deux à trois semaines. « Nous bizin vinn avec sa amendements la ki pou bizin prend en considération bann « unintended consequences. Sa pou pran inpe letan. Lerla parlée  pou kapav repren »,dit-il soulignant qu’il a bon espoir de voir se concrétiser rapidement ce projet sur lequel se penche le comité Faugoo.