Les discussions ont été vives au bureau politique du MSM hier. Selon nos informations, si plusieurs sujets ont été abordés, ce qui a retenu l’attention lors de cette première session de l’année, a été les “frasques de la présidente de la République avec la Platinium Card de Planet Earth Institute”. Malgré les explications du leader du MSM selon lesquelles c’est au Parlement de décider de la mise à pied d’Ameenah Gurib-Fakim, il ressort que la majorité des voix se sont exprimées pour sa destitution. Mais Pravind Jugnauth aurait insisté que “c’est à la présidente de prendre ses responsabilités”. Au MSM, cette situation est jugée “très embarrassante”. Toutefois, en raison de l’imminence du 50e anniversaire de l’Indépendance de Maurice, la majorité hésite à trancher. “Cela serait mal vu sur le plan international, principalement”, laisse-t-on entendre. Et malgré la pression, le Premier ministre souhaite garder la tête froide. Surtout qu’une destitution de la présidente ajouterait aux frictions avec le partenaire du MSM, le ML, qui est à l’origine de la nomination d’Ameenah Gurib-Fakim. Pour l’heure, le mot d’ordre est d’éviter de commenter cette affaire des plus gênantes pour le gouvernement en public.  Si l’organisation des festivités entourant le meeting du 1er mai a fait l’objet des discussions, il a aussi été question du soutien du MSM à la Mauritius Sanatan Dharma Temple Federation pour l’organisation du prochain pèlerinage de Grand-Bassin. En tout cas, le mot d’ordre est d’apporter tout le soutien nécessaire au président Rajenrah Ramdhean, et cela, en dépit de sa proximité avec le PTr. A aussi été discutée la résistance citoyenne concernant la Promenade Roland Armand. Il a été proposé que des sanctions soient prises contre les opposants.