Le Central CID aborde un tournant majeur dans l’enquête sur le détournement de fonds au préjudice de la Bramer Banking Corporation. Depuis ce matin, l’épouse de l’assistant commissaire de police Dip subit un interrogatoire serré dans les locaux du Central CID aux Casernes centrales. En début d’après-midi, tout semble indiquer que cette séance de Questioning Under Warning ne pourra être complétée. À ce jour, le montant des fonds détournés à la Bramer Banking Corporation est estimé à environ Rs 80 millions même si aucune confirmation n’a été obtenue de sources officielles. Néanmoins, il n’est pas à écarter que les fonds volés et blanchis pourraient être nettement plus supérieurs.
En cas d’inculpation provisoire, l’épouse deviendra la sixième prévenue interpellée par la police et le second membre de la même famille car le fils de l’assistant commissaire de police est sous les verrous dans le cadre de cette même enquête. Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des milieux proches de la Special Squad indiquent que ce sixième suspect devra leur être d’une aide précieuse pour parvenir à un breakthrough conséquent dans cette enquête.
L’épouse de l’ACP Dip ferait partie de la compagnie, qui aurait accusé réception de la majorité des fonds détournés par l’ancien cambiste de la Bramer Banking Corporation. Sur la base de cette information, les limiers du Central CID auraient entrepris un exercice de confirmation. La prévenue devra être confrontée sur les « sources of funds » de cette société engagée dans l’épierrage des champs.
À ce jour, une partie de ces Rs 80 millions détournées a été utilisée pour le financement de voitures de luxe, dont des modèles de Nissan et de Subaru. Jusqu’ici, pas moins de cinq de ces véhicules ont été saisis par la police, qui n’écarte pas la possibilité de procéder à d’autres saisies.
Mais le fait majeur de l’enquête demeure que, à ce stade, les enquêteurs du Central CID n’ont pas été en mesure de recouvrer le moindre sou détourné de la Bramer Banking Corporation. L’interrogatoire de l’épouse de l’ACP Dip constitue l’une des rares occasions à mieux comprendre et à assimiler le mécanisme mis en place pour le blanchiment de fonds.
Au cas où la sixième suspecte doit comparaître devant le tribunal de Port-Louis pour son inculpation provisoire, la police compte objecter à sa remise en liberté contre le versement d’une caution.