Le leader de l’opposition et du MMM Paul Bérenger a enlevé le premier round du bras de fer engagé depuis le week-end avec le Central CID au sujet d’une séance d’interrogatoire pour le délit de « diffusing false news » à la suite d’une déposition du Premier ministre Navin Ramgoolam au Prime Minister’s Office en date du 14 juillet dernier. En effet, les responsables du Central CID, en l’occurrence l’assistant commissaire de police Pregassen Vuddamalay et le surintendant Heman Jangi, ont concédé à la demande portant sur la disclosure préalable des « allégations » de Navin Ramgoolam contre Paul Bérenger avant tout interrogatoire. Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes avancent que le rendez-vous pourrait être fixé à lundi matin aux Casernes centrales.
La situation de crise, qui s’est accentuée avec la convocation du Central CID, déposée par voie de special despatch en la résidence du leader de l’opposition lundi à 18 h pour un interrogatoire mardi à 9 h 30 aux Casernes centrales, a été désamorcée lors d’une séance de travail entre une équipe d’hommes de loi, menée par Me Ivan Collendavelloo, Senior Counsel, et comprenant Mes Raj Nuckchady et Veda Baloomoody, aux Casernes centrales. Après la réunion de ce matin, Me Collendavelloo, Leading Counsel, a confirmé au Mauricien qu’un Modus Operandi a été élaboré quant à l’audition de Paul Bérenger dans le cadre de cette enquête. Il a été convenu entre les deux parties que le Central CID communiquera aux avocats la teneur des « allégations » de Navin Ramgoolam contre Paul Bérenger en présence de ce dernier. De ce fait, le leader du MMM a obtenu satisfaction car l’une des conditions avant son interrogatoire portait sur une « complete disclosure of the allegations » en vue de pouvoir consulter ses hommes de loi quant à la marche à suivre et qu’il ne soit pas pris au dépourvu lors de cette confrontation avec les limiers du Central CID.
Au sein de la Legal Team du leader du MMM, l’on souligne que l’attitude de la police a connu un début d’évolution mardi après-midi avant la confirmation de ce matin. « Avant-hier, la police a déposé une lettre à mon bureau, dont j’ai pris connaissance ce matin. Nous nous sommes rendus au bureau du Central CID car déjà dans la lettre qui m’était adressée, il y avait une évolution dans l’attitude de la police. Ce matin, cette évolution s’est confirmée et nous en sommes très satisfaits », affirme Me Collendavelloo.