Ahmad Battun, arrêté dans le cadre du meurtre de Diraj Goorbin, découvert le 17 avril 2013 dans une mare de sang dans un champ de canne, a comparu devant la Bail and Remand Court lundi. Compte tenu du fait que le prévenu est en détention depuis un an, le magistrat Neeshal Jugnauth a ordonné à ce que les charges formelles contre lui soient logées au plus tard le 21 mai, au cas contraire, il obtiendra la liberté provisoire contre une caution de Rs 25 000.
La bail motion de Ahmad Battun a été débattue devant le magistrat Jugnauth lundi. Il fait l’objet d’une charge provisoire de murder en violation des articles 216, 217 et 222 (1) de la Criminal Code Act. Depuis son arrestation en avril 2013, la liberté conditionnelle lui a été refusée à deux reprises sur la base qu’il y avait des risques qu’il s’enfuie ou commette un autre délit. Pour soutenir son argument, la police avait indiqué que dans le passé, Ahmad Battun avait été trouvé coupable d’agression, ce qui démontre son caractère violent. De plus, la police avait avancé que le prévenu faisait face à une charge sérieuse et risquait plusieurs années de prison s’il était trouvé coupable, d’où le risque qu’il s’enfuie s’il obtient la liberté. Depuis son arrestation, Ahmad Battun a toujours nié les accusations et en Cour lundi, il a expliquait que depuis un an il est détenu et qu’il est marié et a une famille. L’avocat de la défense avait pour sa part soutenu qu’une personne ne peut passer un an en remand et que c’était le devoir de la Cour de s’assurer qu’un accusé obtienne un procès équitable dans un délai de temps raisonnable.
Citant d’autres cas, le magistrat Neeshal Jugnauth a fait ressortir qu’une personne qui est en détention a toujours tous ses droits, dont le droit à un procès équitable. « I nevertheless believe that it is the duty of the Enquiring Officer to take the appropriate action or actions to have the FSL Report made available to him within the shortest possible delay given that the liberty of a citizen is at risk », a-t-il soutenu. Le magistrat a ainsi ordonné à ce que les charges formelles soient logées au plus tard le 21 mai, au cas contraire, le prévenu obtiendra la liberté provisoire contre une caution de Rs 25 000.
Rappelons que le 22 avril 2013 le corps de Dheeraj Ghoorbin, âgé de 34 ans, un tôlier de Petit-Raffray, avait été retrouvé à Cap-Malheureux dans un champ de canne. Madhuri Ghoorbin, l’épouse de la victime, a été arrêtée par la police. Cette habitante de Fond-du-Sac, âgée de 30 ans, était passée aux aveux, admettant avoir engagé un homme pour donner une « correction » à son mari qui serait devenu un fardeau pour elle. Pour ce contrat, l’homme lui avait demandé Rs 60 000.
Madhuri Ghoorbin avait balancé le nom de ses complices. Nizamudeen Okeeb, 28 ans, habitant Triolet, Iswardev Guljar,  49 ans, amant de Madhuri Ghoorbin, habitant Petit-Raffray, Reza Mahmad Jeeanody, 24 ans, habitant Triolet et un autre complice, à savoir Ahmed Battun, alias Long, avaient été arrêtés.