Majinga, c’est d’abord la rencontre de deux îles, Maurice et Madagascar, et le résultat d’une collaboration entre deux chanteurs, Orizinal Danger et Manawa, aux styles et univers différents. Ensemble, le duo tente l’aventure d’un premier album, Brise le silence.
Conscients que trop de personnes font face à la souffrance, que certains vivent dans la pauvreté ou que d’autres encore se laissent prendre dans les tourments de la drogue et de l’alcool, Danger et Manawa décident d’associer leur passion pour la musique à travers Majinga. Cette nouvelle formation a pour but de briser le silence autour des différents fléaux de la société qui n’arrêtent pas de détruire la vie les gens. En d’autres mots : dire tout haut ce que les autres pensent tout bas.
Styles variés.
Depuis fin 2012, le duo Majinga a mis en vente son premier CD, Brise le silence. Il propose onze titres aux styles variés : zouk love, house, hip-hop, dancehall, reggae et naya bingi. Actuellement en pleine promotion de l’album, Danger, de son vrai nom Hansley Joel, nous livre quelques confidences sur ce projet de longue haleine : “Sa finn pran nou de-zan pou resi tir sa albem la. Pa ti fasil pou trouv finansman. Nou ti bizin travay a kote e ekonomize.” En effet, le groupe souhaitait produire un DVD et un CD audio, mais faute de moyens, les deux amis ont dû se résoudre à ne lancer qu’un CD.
Conscientiser.
Néanmoins, les deux auteurs-compositeurs-interprètes ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin et gardent espoir “ki nou pou resi fer DVD, mem si nou pou bizin kontign travay dir pou sa”.
À travers les différents titres de l’album qui parlent de souffrance, Majinga veut conscientiser les gens. “Nou bann tex ek parol ena boukou sans, se pa enn CD pou met lanbians, li plito enn CD pou atir latansion dimounn.”
Pour donner un autre cachet à cet album, de nombreux artistes locaux ont été invités à prêter leur voix sur quelques titres : Blakkayo, Steph Sage, Mr Love… Côté enregistrement, c’est Ludovic Lamarque (Sound Track Studio) qui a apporté sa touche et son aide.
Messages.
Toujours dans son élan “cri du coeur”, Majinga demande au public mauricien de “sanz zot mantalite, vinn zwenn konba bann artis kont lalit pirataz. Se nou gagnpin sa, nou sakrifie nou bokou pou fer bann CD e nou bizin swagn nou fami”. Aux producteurs, Danger demande plus de transparence car ces derniers ont tendance à “travay zis ek bann santer ki propoz bann lamizik lanbians. Ena bann lezot artis ki anvi fer lot kitsoz e lot kalite stil. Bizin donn sakenn so sans”.
À travers ce premier album, Majinga espère que le public mauricien apprécie son travail, mais surtout les textes et les messages. “Nou anvi ki zot resi ouver zot lizie. Pran letan ekout tou bann parol. Sak dimounn kapav retrouv enn parti so lavi e so lexperians dan bann sante la.”