Une proposition a été formulée à la Financial Services Commission (FSC) pour le rachat de 23,3 % des actions que possédait l’ex-British American Insurance Company Co. (Mauritius) Ltd au sein de la British-American Investment Company (Kenya) Ltd, une compagnie cotée en Bourse de Kenya. Le ministre n’a toutefois pas révélé d’autres informations à ce sujet étant donné que les discussions sont en cours.
Le député mauve, Reza Uteem, avait interrogé le ministre de la bonne gouvernance pour connaître les « terms and conditions » de ce rachat. Mais le ministre a indiqué que ces informations étaient confidentielles et sensibles. Toutefois, il a indiqué que la somme proposée par le racheteur était bien plus supérieure à la ligne de crédit octroyée pour le remboursement des victimes du Super Cash Back Gold. Le ministre a expliqué qu’il souhaiterait mettre un point d’honneur à l’argent des contribuables, donc des fonds publics, pour s’assurer qu’il ne soit pas utilisé pour rembourser les détenteurs du Super Cash Back Gold, suite au crash de la BAI.
Au 3 avril 2015, lorsque les conservateurs de la BAI ont été nommés, la valeur des actions à la bourse du Kenya était de 26 shillings Kenyan, ce qui représente une somme de Rs 4,4 milliards pour le rachat des 23,3 % de la BAI au sein du Britam. Au 15 octobre, la valeur d’une action était de 15 shillings Kenyan, ce qui représente Rs 2,2 milliards. Le ministre a également révélé avoir eu recours aux services d’une firme étrangère en vue de trouver des repreneurs pour les actions de la BAI au Kenya.