Quatre des sept personnes ayant porté plainte pour brutalités policières dans le cadre d’une opération contre le piratage, ont été entendues à la National Human Rights Commission hier. Les trois autres seront appelées dans le courant de la semaine. Leur avocat, Me Rama Valayden, réclame la suspension des policiers concernés pendant le déroulement de l’enquête.
Durant deux heures hier, Dr Boyzini, Axel Emilien, Kenny Seenien et Michel Nany ont déposé devant la National Human Rights Commission (NHRC). Accompagnés de leur homme de loi, Me Rama Valayden, ils ont raconté comment, le 30 décembre 2015, ils auraient été malmenés par des policiers. Cela alors qu’ils se trouvaient à la gare du Nord dans le cadre d’une opération contre le piratage. Des photos et des vidéos soutenant leurs propos ont aussi été remises.
Me Rama Valayden, qui s’est dit satisfait de cette première séance devant la NHRC, regrette toutefois qu’au niveau de la police, aucune mesure n’a été prise pour la suspension des officiers concernés. L’homme de loi a ainsi lancé un appel au Commissaire de Police pour que ces policiers soient suspendus le temps que dure l’enquête.
Par ailleurs, l’ASP Hector Tuyau, qui avait été désigné pour mener l’enquête à la demande du Kolektif Artis Morisien, s’est retiré de cette affaire car il travaille déjà sur l’investigation concernant le piratage.
Rappelons que le 30 décembre dernier, des échauffourées ont eu lieu à la gare du Nord, impliquant des artistes, des vendeurs de CD piratés et des policiers. Suite à cela, deux artistes, dont Dr Boyzini, ont reçu des soins à l’hôpital. Quatre d’entre eux ont aussi comparu en cour pour « assault » et « assaulting police ».
Signalons également qu’une fois de plus, les artistes s’étaient mobilisés hier en guise de soutien à leurs camarades. Ils étaient nombreux à patienter devant la National Human Rights Commission, le temps de la séance.