L’entrepreneur Ritesh Gurroby, 35 ans, souhaite rencontrer le commissaire de police Mario Nobin « pour dénoncer des brebis galeuses » au sein de la force policière. Le trentenaire dit avoir été victime de brutalité policière lors de son arrestation pour une affaire de vol d’argent.

L’opération était menée par une équipe de la Field Intelligence Office (FIO) du Nord le 13 octobre. « Je me trouvais au port quand une dizaine de policiers en civil m’ont dit que j’étais en état d’arrestation. Je leur ai demandé la raison de mon interpellation, mais ils ne m’ont rien dit », a-t-il souligné. Le trentenaire avance qu’en route, deux policiers l’auraient frappé. Sauf qu’en arrivant au poste de police, celui qui avait porté plainte contre Ritesh Gurroby, un retraité d’une soixantaine d’années, s’est rétracté en déclarant avoir fait une fausse déposition. Le sexagénaire a été inculpé en justice pour “false and malicious denunciation”.

Or, l’entrepreneur a appris qu’un policier avait fait une déposition pour “assaulting police”, l’accusant de l’avoir bousculé dans les escaliers. Mais selon Ritesh Gurroby, cette équipe de police aurait tenté de justifier son arrestation par une autre charge. Il a assigné comme témoin un de ses amis, qui se trouvait au poste de police. Le trentenaire a fait part de son souhait lors d’une rencontre avec la presse vendredi à l’hôtel Saint-Georges. De son côté, un haut gradé de ce poste de police dit laisser l’enquête suivre son cours.