L’enquête sur le décès d’Iqbal Toofany, âgé de 42 ans, habitant Vacoas, décédé le 1er mars alors qu’il était « Under Police Custody » au poste de police de Rivière-Noire, a pris une nouvelle tournure. À la mi-journée, le Central CID a en effet pris la décision de réviser à la hausse l’accusation provisoire retenue contre les cinq policiers incriminés. Des directives formelles ont été émises en vue de l’arrestation immédiate du sergent Parsand ainsi que des constables Laboudeuse, Ragoo, Gaiqui et Nouma dans cette affaire. Une nouvelle charge provisoire de « Murder » devrait être retenue contre eux en fin de journée et ils devraient être « Remanded to Police Cell » jusqu’à leur nouvelle comparution devant le tribunal de Bambous demain.
Avec ces nouveaux développements et la récente déclaration du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, à l’Assemblée nationale, dénonçant le fait que ces policiers, impliqués dans une affaire de brutalité policière, aient pu retrouver la liberté provisoire aussi vite, il ne fait aucun doute que la police objectera à leur remise en liberté sous caution, et ce vu la charge grave de meurtre pesant sur eux. Jusqu’ici, les policiers avaient été inculpés du délit de « Torturing by Public Officials ».
L’élément ayant motivé le durcissement de l’attitude des hommes du Central CID à l’encontre de leurs cinq collègues de la CID de la Western Division est le rapport du Forensic Science Laboratory (FSL) en complément du rapport d’autopsie de la victime par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin. En sus de la version du Star Witness, qui a été entendu par le Central CID vendredi soir, et qui a participé à une descente sur les lieux au poste de police de Rivière-Noire.
À ce stade, sur la base de ces éléments incriminant ces policiers, le Central CID a lancé un « Warrant of Arrest » contre le sergent Parsand et les constables Laboudeuse, Ragoo, Gaiqui et Nouma. Leurs hommes de loi ont été contactés et ont été informés de cette convocation d’urgence et une escouade du Central CID a été constituée en début d’après-midi en vue de procéder à l’arrestation de ces policiers dans cette affaire de brutalité policière. Iqbal Toofany, qui avait été contrôlé par des membres de l’Emergency Response Team au volant de sa voiture, avait été remis à la CID de Rivière-Noire pour enquête aux petites heures du matin du 1er mars. Il devait décéder le lendemain matin alors qu’il se trouvait aux urgences du Princess Margaret Orthopaedic Centre avec des ecchymoses sur son corps et les proches criant au Foul Play de la part des policiers…