“Tant que je serai Premier ministre, il n’y aura pas de dépénalisation du gandia.” C’est ce qu’a déclaré Sir Anerood Jugnauth la semaine dernière après les échauffourées survenues devant le Jardin de la Compagnie à Port-Louis. “Ce qui s’est passé est grave pour un pays laïc. Le pays ignore toujours les droits des Rastafariens. Dans cette communauté, on a des rituels où on se sert du cannabis, tout comme dans l’hindouisme. Je pense que le Premier ministre a fait cette déclaration sans réfléchir. Je crois qu’il doit revoir sa position. Dans tous les cas, nous allons continuer notre combat pour demander la légalisation contrôlée du cannabis”, affirme Selven Govinden, du Cannabis Legalization And Informative Mouvement (CLAIM).
Le Premier ministre a également justifié les agissements des forces de l’ordre qui, selon lui, auraient fait face à une foule “hostile, qui ripostait”. Or, au vu des vidéos postées sur Facebook, cela ne semble pas évident. Dans une des vidéos, on peut même voir des policiers donnant des coups de matraque à une femme qui tenait son enfant dans ses bras. “Lapolis dir ki nou ti pe blok sirkilasion, me se zot ki ti pe repous nou ver larout kan nou ti vinn devan stasion pou reklam a seki ferm nou osi e pa zis sa detrwa kamarad ki zot ti pran la. Se kan nou’nn asize e ki nou’nn koumans sant lim nasional ki bannla inn koumans bat nou. Inn trap enn madam inn bate alor ki so zanfan ti dan so lame. Kot bann human rights morisien ? Zordi enn mari bat so fam, li gagn tou kalite problem ar lalwa. Kot lalwa kan lapolis bat enn fam avek so zanfan ?”, s’interroge Siva Pareemanun, qui était parmi les Rastafariens qui s’adonnaient à une cession de nyabinghi au Jardin de la Compagnie.
Ce dernier réclame des excuses de la part du Premier ministre. “Nou demann Premie minis exkiz li parski ena bann madam e bann zanfan kinn gagn bate devan kazern. Li enn personn ki ena responsabilite tou bann Morisien, li bizin reazir e non pa vinn apiy lor la parski ena boukou fami dan soufrans apre se ki finn arive.” Siva Pareemanun s’étonne également de la réponse du Premier ministre à la lettre qui lui avait été envoyée avant que les scènes de violence ne se produisent. “Le Premier minstre a dit qu’il n’a pas le temps de nous rencontrer, c’est aberrant.”
Wendy Ambroise, qui avait été interpellé et battu ce jour-là par la police, assure qu’il est disposé à combattre coûte que coûte pour les droits des Rastafariens et pour la liberté. “Mo ena mo zanfan ki Rasta. Nou’nn pare, mem si nou bizin mor pou nou bann zanfan kapav viv lib dan le futur.”