Le contenu des discours des parlementaires de la majorité a fait peu de cas au Budget 2012 pour se concentrer sur des attaques d’ordre politique, a déploré samedi le leader du MMM. Paul Bérenger a soutenu que son discours avait été entièrement consacré au budget qu’a présenté le ministre des Finances Xavier-Luc Duval. Ce qui a aussi été le cas pour les autres orateurs de l’opposition, a-t-il précisé.
Paul Bérenger a critiqué samedi lors de sa conférence de presse Xavier-Luc Duval, qui contrairement aux autres ministres des Finances depuis l’indépendance, a brillé par sa longue absence lors des interventions parlementaires. Sur un plan purement politique, le leader du MMM a fait remarquer qu’en ligne avec le projet de remake de 2000, d’importants développements sont prévus sur la scène politique d’ici la fin de l’année.
Le leader de l’opposition a fait état du dossier sur la pénurie d’eau dès le début de sa conférence. Il a estimé que la performance du ministre des Services publics Rashid Beebeejaun lors d’une PNQ consacrée à l’eau a démontré qu’il est complètement dépassé et a perdu beaucoup de temps depuis 2005.
Paul Bérenger a rappelé que le gouvernement MSM-MMM avait obtenu un prêt de 20 millions d’euros de l’European Investment Bank pour financer un projet de remplacement de tuyaux. Uniquement 4 millions d’euros ont toutefois été décaissés. De plus, le montant prévu dans le Budget 2008-2009 était de Rs 150 millions alors qu’en 2005-2006 il était à Rs 225 millions.
Concernant le transfert de l’eau de Mare-Longue à la Mare-aux-Vacoas, le leader de l’opposition a indiqué qu’un appel d’offres avait été préparé et envoyé en 2007 au ministère des Services publics. Ce dernier, a-t-il poursuivi, a considéré qu’il n’avait pas d’argent pour le faire.
Paul Bérenger a aussi relevé plusieurs déclarations de l’actuel président de la Central Water Authority (CWA), Prem Saddul, qui a annoncé son intention de relancer les activités de l’unité responsable de combattre l’utilisation illégale de l’eau et d’adopter une gestion scientifique. De plus, contrairement au ministre des Services publics, il a attribué le problème de l’eau à Mare-aux-Vacoas à la déforestation. « Rashid Beebeejaun est dépassé depuis 2005. Au lieu de faire son mea culpa, il annonce l’augmentation du tarif d’eau et des eaux usés de 35 %. »
Concernant l’offre du gouvernement à Rehana Ameer dans le sillage du rapport Vellien sur le contentieux l’opposant à la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), Paul Bérenger a estimé que « ce qu’a fait le Premier ministre est cruel ». La déclaration de Navin Ramgoolam à l’Assemblée nationale, a-t-il estimé, a nourri l’espoir que Mme Ameer serait réintégrée. « C’est ce que tout le monde a compris, sauf la MBC. Ce qui se passe est mauvais pour l’image de Maurice, pour la liberté syndicale et pour la liberté tout court. » Le leader du MMM a ainsi lancé un appel en faveur de la réintégration de l’ancienne cadre de la station nationale.
En ce qui concerne la mort de Kumar Ramdhany en prison, Paul Bérenger, qui avait posé une PNQ à ce sujet la semaine dernière, a observé que le Premier ministre n’a pas convaincu et que plusieurs zones d’ombre subsistent. Il a soutenu ne pas comprendre comment une personne qui s’est pendue a pu se retrouver sur le sol et pourquoi lorsqu’un constable a découvert le corps, il a appelé un collègue sans qu’un expert ou un Senior Police Officer soit présent sur les lieux.
Pour le leader de l’opposition, personne ne croit à la thèse du suicide et encore moins, comme soutient l’épouse de Kumar Ramdhany, qu’il aurait présenté des signes de dépression. Il a souhaité que l’enquête judiciaire prévue par la loi soit initiée au plus vite.
Paul Bérenger a aussi exprimé sa certitude qu’il n’y aurait pas cette année des élections municipales. Il a souhaité qu’elles soient organisées rapidement en 2012. Le report des élections nécessitera la présentation d’un amendement de la loi régissant les administrations régionales pour lequel le président de la République aura à donner son assentiment. Pour le leader du MMM, il est inacceptable que sir Anerood Jugnauth soit mis devant les faits accomplis.
Le gouvernement, a finalement souhaité le leader de l’opposition, doit aller de l’avant avec un fraud tracking mechanism au niveau de l’Information Technology, Communications and Telecommunications Authority (ICTA).