Lormus Bundhoo donnait hier à l’Assemblée nationale la réplique à Maya Hanoomanjee. Le ministre de la Santé et la députée de l’opposition, également ex-ministre de la Santé, ont fait une lecture différente de l’histoire et des dissensions entre le Ptr et le MSM. Les deux élus ont réinterprété les « trahisons » et « affronts ». Ces échanges, durant lesquels planait l’ombre de sir Anerood Jugnauth, ont vu l’expulsion du député Showkutally Soodhun.
À l’instar de la députée de l’opposition Lysie Ribot, Maya Hanoomanjee a déploré hier certains « oublis » dans le Budget 2012, présenté le vendredi 4 novembre par le ministre des Finances Xavier-Luc Duval. « Pas de Betamax, de MedPoint, de Khamajeet … Le combat contre la drogue n’a pas non plus été mentionné », a lancé la députée MSM.
« Xavier-Luc Duval n’a pas manqué d’énumérer à la page 12 les performances internationales de Maurice. Il a cependant omis de dire que le pays est en haut du classement en ce qui concerne la drogue », a dit Maya Hanoomanjee avant d’évoquer le combat mené contre ce fléau par sir Anerood Jugnauth dans les années 80.
Citant le rapport Rault de 1986, l’ancienne ministre de la Santé a salué « la contribution exemplaire du gouvernement SAJ à la lutte contre la drogue ». Le Budget 2012, a-t-elle ajouté, est « ignorant de ce combat ». « C’est une trahison, un affront à l’héritage de SAJ ! »
Maya Hanoomanjee a ensuite commenté la « culture travailliste », qui « contraste avec la tradition du MSM ». Pour elle, Shakeel Mohamed aurait « imputed motives against SAJ ». Ces propos devaient mettre le feu aux poudres, conduisant le ministre du Travail à loger un point of personal explanation selon l’article 28, paragraphe 3 : « I did not impute motives on the former PM […] I was only quoting Honourable Paul Raymond Bérenger. »
La tension a atteint son apogée après l’exclusion de Showkutally Soodhun, qui avait lancé une pique à l’encontre de Shakeel Mohamed.
Maya Hanoomanjee a également ironisé sur la « culture de transfugisme », selon elle, du Ptr, citant au passage les événements de 1967 et de 1969. « Il y a des gens qui ne juraient que par SAJ pendant 13 ans, maintenant ils ne jurent que par SSR ».
Commentant le Budget 2012 de XLD, elle y a vu « un retour vers la politique ultra-libérale instaurée par Sithanen… Un affront au retour aux bases sociales qu’avait tenté Pravind Jugnauth ». Son commentaire devait, cependant, être coupé par une remarque de Satish Faugoo : « Pravind, minis du silence. » Jusque là, le Speaker était présent dans l’hémicycle mais peu après le début du discours de Lormus Bundhoo, Kailash Purryag devait se retirer.
Pour Lormus Bundhoo, il n’y a « pas de trahison, et encore moins d’affront. » Il évoque l’attitude de « grand frère » adoptée par Navin Ramgoolam envers Pravind Jugnauth. « Avec 18 tickets, on ne parle pas de trahison… Avec SAJ reconduit en 2003, pas de trahison ».
Et d’ajouter que le rapport Rault « est loin de venir faire l’éloge de SAJ. Ce rapport vient rendre justice à l’opposition travailliste d’alors, qui a su faire pression afin que SAJ corrige sa politique contre la drogue. Some use immunity to say things that they should not be saying and someone up there uses his position to say things he should not be saying [in such a position] ».
Questionné par Satish Boolell, qui voulait savoir « how can CSR be used to fund medical centres », Lormus Bundhoo devait répondre : « Thanks to CSR, and to XLD’s budget, the funds available to combat non-communicable diseases will rise from zero to Rs 19 million. »
Lormus Bundhoo a tenu à saluer Xavier Luc Duval pour son effort : « Per capita public expenditure on health will be Rs 6 230 in 2012 » au lieu de « Rs 5 972 in 2010 ». Et de rappeler : « In 2004/2005 the health budget was only Rs 3 080 per capita. »