Le conseil des syndicats a fait parvenir en début de semaine un deuxième document contenant d’autres propositions au VPM et ministre des Finances Xavier-Luc Duval dans le cadre de l’exercice budgétaire de 2012.
 Il demande entre autres que le plafond de la compensation salariale passe de Rs 30 000 à Rs 50 000, un meilleur contrôle du décaissement des fonds publics et plus de sens à la notion de bonne gouvernance.
D’emblée dans ce courier adressé à Xavier-Luc Duval, Vidianand Nauglo secrétaire général du Conseil des syndicats, affirme accuellir favorablement la décision du gouvernement de payer une compensation salariale jusqu’à Rs 460 à ceux au bas de l’échelle sociale. Cependant le syndicat soutient qu’un effort aurait dû être fait pour attribuer une compensation aux salariés touchant jusqu’à Rs 50 000.
Le conseil constitué de la National Trade Union Confederation (NTUC), la Confederation of Free Trade Unions (CFTU), la Confederation of Independent Trade Unions (CITU), la Mauritius Labour Congress (MLC) et la Mauritius Trade Union Confederation (MTUC), déplore que « le secteur public a toujours été sacrifié au détriment des autres secteurs, en particulier le secteur privé, où il n’y a aucun contrôle sur leurs bénéfices et leurs revenus ». Le syndicat explique avoir fait les constatations suivantes : « For the last three years, many Public Officers drawing salaries ranging from Rs 28,000 and above Rs 30,000 in the Public Service have been continuously and unjustly denied of payment of decent salary compensation. With inflation rate at 6.6 percent, purchasing power for all citizens is affected. Government cannot use the same justification year in year out to warrant its decision. Productivity, financial crisis and level of debt cannot be used as factors to prevent employees earning more than Rs 30,000 to be deprived of a salary compensation. »
Après avoir analysé ce dossier en profondeur, le conseil des syndicats a soumis au ministre des propositions additionnelles dans le sillage de la présentation du nouveau budget 2012 pour relieve les fonctionnaires et autres employés de plusieurs contraintes. Le conseil propose que l’on prévoit dans le budget de relever le plafond de la compensation salariale de Rs 30 000 à Rs 50 000.
« Some new deductible allowances to be introduced such as insurance and housing… Income earners to be allowed allowances for very close dependent relatives and handicapped. Taxation should be based on group rather than nuclear families. The concept of co-sharing of responsibilities in the tax calculation should be re-introduced to remove the burden of tax. Deduction for educational and medical expenses should be introduced. A new scheme to be devised to which salary compensations not paid to income earners above RS 30,000 to be credited for payment », sont parmi les autres points avancés.
Le conseil des syndicats a également fait d’autres propositions en ligne avec la politique du gouvernement d’exercer un meilleur contrôle sur le décaissement des fonds publics et d’ajouter plus de sens à la notion de bonne gouvernance. Le conseil explique que « with the preparation of a new white paper on procurement policy », un Central Procurement Office devrait être sérieusement envisagé permettant d’éviter les abus et au gouvernement, de bénéficier du bulk purchasing. Un Major Project Committee composé de professionnels, devrait être mis en place pour monitor et faire des recommandations appropriées sur les projets d’envergure, souligne le conseil. L’organisation avance que la gestion des organismes parapublics devrait être revue et basée sur le tripartisme. Le concept du CSR devrait être revu et la gestion du fonds confiée à une commission tripartite comprenant les syndicalistes pour une meilleure transparence.