Dans 40 jours exactement, le vice-Premier ministre et ministre des Finances présentera à l’Assemblée Nationale son 2e budget depuis qu’il a pris ces fonctions. En attendant le Budget Day du 9 novembre, la question qu’ont le droit de se poser les dirigeants sportifs est la suivante: quoi attendre de ce 2e budget de Xavier-Luc Duval? A priori pas grand-chose si on s’en tient au «body language» qui est actuellement en cours au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building. En fait, le ministre de la Jeunesse et des Sports ne s’attend pas à des miracles pour cette nouvelle exercice budgétaire. Néanmoins, selon les informations de Week-End, le ministre Devavand Ritoo a émis le souhait à son collègue des Finances pour soutenir financièrement un projet «qui lui tient à coeur et qui touchera directement les athlètes de haut niveau.»
Au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building, l’heure n’est pas encore à l’enthousiasme quand on parle de ce dossier. Certes, on évoque avec insistance une réunion qui aura lieu avec les cadres du ministère des Finances le 3 octobre pour peaufiner le dossier des demandes du ministère des Sports. Mais il est clair que la confiance n’est pas de mise. Interrogé par Week-End, le ministre des Sports ne veut surtout pas entrer dans les détails, mais évoque tout de suite «la situation économique difficile» dans laquelle le ministre des Finances est appelé à préparer son budget 2013.
«Ce n’est un secret pour personne que la situation économique de Maurice est dans l’orange. Dans ces circonstances, il est difficile de s’attendre à une explosion de notre budget. Cependant, je dois dire que j’ai parlé avec mon collègue Xavier Duval sur l’importance de continuer à investir sur le sport et la jeunesse. J’ai confiance qu’il saura écouter nos besoins et accorder le soutien financier nécessaire», a répliqué le ministre Devanand Ritoo à une question de Week-End hier matin. Il va sans dire que 2013 n’est pas une année simple pour le sport mauricien mais financièrement parlant, des espoirs sont fondés sur la volonté du gouvernement de donner les moyens de gérer aux fédérations et par ricochet aux sportifs les moyens de se préparer pour les évènements sportifs à venir, dont les Jeux des Iles de 2015 à La Réunion.
Deux budgets distincts
Dans cette optique, il faut reconnaître qu’il existe une vive inquiétude parmi les fédérations qui espèrent beaucoup du nouvel exercice budgétaire. Surtout après les réunions avec le Comité de Suivi, mis en place par le MJS dans le cadre de la préparation pour les JIOI 2015. «Il est important que le ministère des Sports vient avec deux budgets distincts pour les fédérations à compter de 2013. Il faut, en effet, que nos disposions de notre budget habituel et sur ce budget, il nous faut un «top-up» pour la préparation concernant les Jeux des Iles. Au cas contraire, les réunions que les fédérations ont eues avec le Comité de Suivi n’auront servi à rien et je crains que nous allions vers le pire pour le rendez-vous réunionnais dans 4 ans», rétorque pour sa part un membre influent du sport mauricien.
En attendant de voir ce qu’il en sera exactement des dotations budgétaires pour le MJS, nous apprenons que le ministre met tout en oeuvre pour réussir à convaincre les Finances de le soutenir d’une part dans un projet qui vise  les sportifs de haut niveau après leur carrière et d’autre part dans l’organisation à Maurice du Grand Prix de Judo et des Championnats d’Afrique en boxe. Ces deux évènements sont en fait une priorité pour le MJS. Reste la question finale: est-ce que le ministère des Sports obtiendra  beaucoup plus ou  moins que les Rs 452 millions allouées par les Finances en 2012? Peu de chance dit-on que le budget 2013 soit supérieur à celui de 2012. D’autant que sur le plan des projets capitaux, le MJS n’en a pas dans la ligne de mire pour l’année financière 2013.