En marge de la préparation du budget 2013, le Mauritius Council of Social Service (MACOSS) a soumis sa liste de propositions au ministre des Finances. Il demande ainsi la consolidation et le renforcement financier des ONG. Dans son memorandum, le MACOSS fait aussi état du projet de construction d’un centre au coût de Rs 26 M et demande à l’État un don de Rs 10 M pour le concrétiser. L’augmentation du subside pour les ONG, le financement des projets et la révision du CSR mechanisms sont entres autres les autres propositions qui figurent dans le document.
Lors d’un point de presse mercredi, le président du MACOSS, Subhanand Seegoolam, a fait part des propositions de son organisation. « Les points que nous avons proposés, dit-il, visent à renforcer les capacités des ONG et à créer un environnement propice à leur développement. » Un des projets figurant sur la liste du MACOSS est la construction de ses locaux qui serviront en même temps de centre d’études. Les principaux objectifs du MACOSS, a souligné le président, sont la formation et le renforcement des capacités des ONG dans des domaines tels que la lutte contre la pauvreté, l’éducation, la jeunesse, le développement durable et l’égalité des sexes dans le domaine social. « L’objectif du MACOSS, poursuit-il, est de s’assurer que les ONG ont la capacité nécessaire pour proposer leurs services de façon plus efficace et efficiente afin de résoudre des problèmes sociaux. Ainsi, dit-il, ce bâtiment servira de lieu de rencontre pour toutes les organisations non-gouvernementales de l’île et de la région. » À cet égard, le MACOSS a l’intention de créer un Civil Society Learning Centre. Cette plate-forme permettra le travail en réseau et l’échange d’informations. Au coût de Rs 26 M, le bâtiment sera construit en deux étapes. La première phase, consistera en l’aménagement du siège du MACOSS et la deuxième, un centre d’études doté de deux grandes salles de conférences pouvant accueillir les participants pour les ateliers, la formation et les présentations. Pour ce projet, le MACOSS demande un financement à hauteur de Rs 10 M au gouvernement. « Pou ena plis networking, formasyon ek li pou enn plas de rankont. Nou demann osi soutyen finansyer bann lokal ek internasyonal », avance M. Seegoolam. Par ailleurs, le MACOSS a aussi fait une demande en vue d’augmenter le montant des subsides accordées aux ONG. « Depi 2005, ena boukou ONG ki pa finn gagn ogmantasyon par rapor ogmantasion koud lavi », dit-il. Le président du MACOSS trouve par ailleurs regrettable que « certains ministres n’acceptent pas de les rencontrer afin de discuter de leurs propositions ».
Par ailleurs l’ONG lance aussi un appel afin de revoir le mécanisme de CSR, proposant qu’il y ait davantage de membres de la société civile dans le comité CSR. Le MACOSS demande aussi l’exemption de la TVA pour les ONG qui achètent des matériaux pour la réalisation de leurs projets. Le MACOSS plaide aussi pour la consolidation des secteurs oeuvrant dans le social.