Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a pendant près de deux heures hier défendu le budget 2013 qui dit-il s’inscrit dans le cadre du programme gouvernemental 2012/2015. « Aujourd’hui le budget 2013 donne au pays un nouvel élan pour surfer sur les vagues de la crise économique globale et construire l’île Maurice de demain dans un monde incertain », a-t-il dit.
La fin des débats sur le budget a été marquée par les interventions de Rashid Beebeejaun et de Navin Ramgoolam en l’absence de l’opposition. Les membres de celle-ci ont repris leurs places après que le VPM et ministre des Finances Xavier-Luc Duval eut résumé les débats. L’opposition a participé à l’exercice d’examen des dotations budgétaires. Durant l’examen des dotations allouées au Premier ministre, Rajesh Bhagwan a réclamé que le budget de l’Independent Broadcasting Authority soit réduit à Re 1 seulement pour protester contre ses directives d’interdire l’intervention des auditeurs lors des émissions politiques dans les radios publiques et privées. Sa motion a été rejetée.
Pour le Premier ministre, « the 2013 Budget presented by the Vice-Prime Minister and Minister of Finance blends perfectly with the vision set out in the Government Programme 2012-2015 and it precisely aims at preparing the country to rise to the challenges of a world in transition ». « La réforme de l’économie a en fait débuté en 2005 lorsque nous avons décidé de tracer une nouvelle voie pour le pays en utilisant le courage et l’imagination pour relancer une économie en déclin », dit-il. « Aujourd’hui le budget 2013 donne au pays un nouvel élan pour surfer sur les vagues de la crise économique globale et construire l’île Maurice de demain dans un monde incertain. Je dis incertain parce que nous n’avons toujours pas une visibilité sur l’économie mondiale. Contrairement à ce qu’on a entendu de la part de l’Opposition nous avons réussi à maintenir la stabilité macro-économique et un taux de croissance raisonnable malgré les turbulences dramatiques dans les principales économies mondiales. Alors que beaucoup de pays se sont empêtrés dans la récession et la dette, nous avons réduit notre dette, nous avons un surplus budgétaire et nous continuons à connaître la croissance. Nous avons été en mesure de consolider l’État providence », a dit le Premier ministre. « We are maintaining free education, free transport for students and the elderly, free health services and universal old age pension. Subsidies on different basic commodities are being increased and this time it will exceed Rs 1 Billion. And we have accomplished all these without increasing VAT ».
Le Premier ministre a rappelé que la dette du secteur public a été ramenée de 64 % en 2005 à 53,7 % aujourd’hui. L’objectif est de la ramener à 50 % en 2018. Le déficit budgétaire est passé de 5,1 % en 2005 à 3,8 % en 2012 et sera ramené à 2,2 % en 2013.
Le PM a été très critique vis-à-vis du gouvernement de 2000 à 2005. Il a démontré que tous les indicateurs économiques étaient au rouge au moment de son retour au pouvoir en 2005 alors que l’économie mondiale était loin d’être en crise. Le secteur sucrier était désespéré, le secteur du textile était en difficulté avec une réduction de 35 % de sa production en quatre ans. « Their economic model was still centered on preferences when everyone knew that they were being dismantled. Gouverner c’est prévoir. They could not even see what was right in front of their nose – stuck in their odds ».
Le Premier ministre a observé qu’en 2006 son gouvernement a géré une crise après l’autre. « Apart from the “crise sans précédent et l’état d’urgence économique” and the unsound public finances we inherited – we were already at the bottom of the pit – there was the dismantling of the Multifibre Agreement ; the 36 percent cut in the price of sugar ; the surging oil prices ; the surging food prices even threatening food security ; the world’s worst financial turmoil – the black swans ; the great recession that followed ; the eurozone crisis ; and the shifting of world economic power ».
Résilience
Navin Ramgoolam a soutenu que les mesures prises depuis 2006 ont permis de créer la résilience nécessaire pour faire face aux chocs. « Ce que le budget 2013 continue à faire. C’est cette discipline qui permet au gouvernement de faire les frais du rapport PRB qui coûtera autour de Rs 4,6 milliards ». Il a profité de l’occasion pour évoquer la création d’un Civil Service College destiné à la formation des fonctionnaires. Un guide pour la gestion des projets, actuellement en préparation, prendra en compte les normes internationales dans la gestion des projets. De plus, le bureau de la Public Sector Governance a créé un “central data base system” où des informations financières et non financières seront disponibles pour les corps para-étatiques. Une Public Sector Task Force est en voie de création et parallèlement, un e-Government Steering Committee a été créé pour accélérer et suivre la mise en oeuvre de tous les projets dans la fonction publique.
Évoquant la situation internationale dans laquelle Maurice doit évoluer, le Premier ministre a observé qu’elle est tissée d’incertitude. « Only a couple of weeks ago the 17-country eurozone economy slid back into a recession. France, yet another triple A country, was downgraded one notch by Moody’s », a-t-il fait remarquer. Ajouté à cela, la situation économique aux États-Unis n’est pas stable alors que la Chine et l’Inde ne connaissent pas la croissance attendue. Le FMI a prévu une croissance économique de 3,3 % en 2012 et de 3,6 % en 2013.
Potentiel en Afrique
Le Premier ministre s’est également appesanti sur le potentiel existant en Afrique. « Being strategically located in the golden triangle of opportunities with India, Asia and Africa, Mauritius is increasingly seen as the business and investment gateway to the African continent ».
Pour le PM, le budget 2013 jette les fondations afin de positionner Maurice comme le point focal pour les opérateurs internationaux intéressés à investir sur le continent Africain. C’est ainsi que les ressortissants de 29 nouveaux pays n’auront pas besoin de visas pour venir à Maurice. Des consuls honoraires seront nommés dans chaque capitale africaine, de nouveaux traités de non double imposition seront signés. Des opérateurs locaux sont également encouragés à investir en Afrique. Ces investissements étaient estimés à Rs 1,4 milliard en 2010.
Navin Ramgoolam a indiqué que le gouvernement continuera à investir dans le développement des infrastructures. Il a laissé entendre que le GM ira de l’avant avec le projet de métro léger « alors que l’ancien gouvernement n’a pas eu le courage de prendre la décision finale ». Il a annoncé la création d’un réseau moderne de transport public.
Le PM a aussi mentionné la modernisation de l’aéroport international SSR. Le nouveau terminal entrera en opération en mars prochain et sera pleinement opérationnel en juin.
Des investissements de l’ordre de Rs 7,3 milliards sont prévus dans la région portuaire. De nouvelles citernes pour le stockage de produits pétroliers seront construites à Mer Rouge.
Au chapitre énergétique, une Utility Regulatory Authority sera créée. Le budget comprend également une série de mesures concernant les petites et moyennes entreprises.
Drug Entry Strategy
Le Premier ministre s’est aussi appesanti sur les mesures budgétaires pour faciliter l’accès à l’éducation, améliorer sa qualité et assurer un système d’éducation inclusif. « Education is the most powerful and sustainable way out of poverty. We will ensure that every child in this country gets the education he or she needs to get a fair start in life. It is in line with our vision of equal opportunity to every child in this country to develop his or her full potential ».
Toujours dans le contexte de l’éducation, le PM a annoncé a annoncé que le Visitor nommé à l’Université de Maurice a soumis un rapport spécial sur l’UoM Trust. « We have approved his recommendation to amend the University of Mauritius Act, 1971 to regularize the legal existence of the UoM Trust. The necessary legislative amendment will be effected in the forthcoming Economic and Financial Measures (Miscellaneous Provisions) Bill ».
Le budget prévoit également des mesures concernant les réformes dans le secteur de la santé et fait provision pour que les bénéficiaires des allocations sociales reçoivent une compensation supérieure au taux d’inflation.
Une large partie du discours de Navin Ramgoolam a été consacrée au law and order. « I wish in no uncertain terms to re-affirm the determination of my Government to resolutely deal with crime, and law and order within the provisions of the law », a-t-il dit.
Les statistiques, soutient le Premier ministre, indiquent qu’à la suite des mesures prises le taux de criminalité est en baisse. Le budget alloué à la police a connu une croissance de 21 % par rapport à l’année dernière. Des équipements modernes sont achetés, de nouveaux postes de police seront construits, des nouvelles technologies sont introduites dont les CCTV pour la surveillance publique, et un nouveau navire pour les patrouilles en mer sera livré en septembre 2014. Des nouvelles technologies seront introduites pour la surveillance en mer. Parmi les autres mesures annoncées figurent l’achat de 1 800 bracelets électroniques, l’amélioration du Passport Personalisation System pour rehausser le niveau de sécurité. D’autre part, la mise en oeuvre de la Drug Entry Strategy aux services des douanes est estimée à Rs 121,5 millions. Quelque 138 nouvelles voitures de police seront acquises au coût de Rs 141 millions.
Des mesures sont également prévues pour lutter contre le trafic de drogue. Le Premier ministre a à ce stade rendu hommage au professionnalisme de la police qui a permis de saisir d’importantes quantités de drogue.
Réforme du CEB
Au niveau des prisons quelque Rs 29 M ont été dépensées pour l’amélioration des infrastructures. Une allocation budgétaire de Rs 17 M est prévue pour cette année. La nouvelle prison de Melrose sera opérationnelle en juillet de l’année prochaine. Une autre prison pour femmes sera construite et devrait être complétée en 2014. Une nouvelle prison pour accueillir 60 pirates somaliens sera construite à Beau-Bassin.
Le Premier ministre a aussi évoqué les dispositions prises afin de réduire la prévalence du sida.
La Competition commission, indique-t-il, a effectué quelque 100 enquêtes à ce jour et 14 ont été complétées.
S’agissant de l’ICAC, Navin Ramgoolam a indiqué que le nombre de plaintes en 2011 a été de 1 725 contre 1 350 en 2010. Pour cette année le nombre de plaintes a déjà atteint 1 526.
Parlant de la carte d’identité nationale, le Premier ministre a affirmé que les cartes actuelles auraient dû être remplacées depuis 1990. Il a rappelé que Singapour a été choisi parce que ce pays est connu pour sa rigueur et sa bonne gouvernance.
Navin Ramgoolam a aussi annoncé l’introduction du National Institute for Civic Education (NICE) afin de mieux préparer les jeunes à être de bons citoyens.
Le Premier ministre affirme que la National Human Rights Commission sera restructurée. Il s’est réjoui du travail abattu par l’Equal Opportunities Commission, nouvellement créée.
Sur 414 plaintes reçues la Commission en a déjà examiné 205.
Rodrigues a aussi été longuement mentionnée par le PM. Il a annoncé que les subventions destinées à couvrir les frais du fret du lait en poudre, de l’huile comestible, du thé et du ciment s’élèveront à Rs 23 M.
Le Premier ministre a tenu à rappeler que MID est un projet de société. Pour lui, le budget épouse totalement l’esprit du MID. Les mesures annoncées touchent différents ministères et tous les secteurs de l’économie, a-t-il dit. Navin Ramgoolam a annoncé son intention d’instituer un comité interministériel sur l’énergie. De plus, le CEB sera réformé de manière à ce qu’il ne soit pas producteur et régulateur à la fois.