À presque un mois de la présentation du budget 2013, le VPM et ministre des Finances a affirmé hier que l’investissement intelligent dans les secteurs productifs sera encouragé. La consolidation de la justice sociale figure aussi en bonne place dans la stratégie budgétaire. Xavier-Luc Duval a toutefois estimé que les recommandations du rapport PRB, qui sera publié sous peu, représenteront un poids très lourd dans le budget 2013. Il a par ailleurs observé que Maurice figure parmi les dix pays les plus exposés à la crise qui ébranle la zone euro.
Xavier-Luc Duval, qui animait un point de presse à l’issue de la cérémonie de signature d’un accord avec l’Agence française de développement portant sur un prêt de 62,5 M d’euros à un taux préférentiel de 2,19 %, a profité de l’occasion pour remettre les pendules à l’heure en ce qui concerne les fondamentaux économiques. Ainsi, il a indiqué que le taux de chômage est actuellement de 8 % et est sous contrôle; l’inflation pour 2012 est estimée à 4,3 %. La croissance économique estimée initialement à 4 % sera de 3,2 %, le déficit budgétaire sera de 3 %. Par ailleurs, l’investissement direct étranger pour les six derniers mois est passé à Rs 4,1 milliards contre Rs 3,4 md en 2011, soit une augmentation de 20 % par rapport à l’année dernière. L’objectif en termes d’investissement cette année est de Rs 10 milliards. Par ailleurs, le ministre des Finances a précisé que l’investissement privé en termes absolu sera de Rs 59 milliards soit le même niveau qu’en 2011. En termes réels, Statistics Mauritius prévoit, par rapport à l’année dernière, une hausse de 3,3 % de l’investissement privé qui devrait occuper une part de 17 % du Produit intérieur brut. L’investissement public est passé de Rs 18 milliards en 2011 à Rs 20 milliards cette année. Le ministre des Finances a fait remarquer qu’en 2000/2005, le niveau d’investissement privé n’avait pas dépassé Rs 29 milliards, se situant à 15,3 % du PIB.
Xavier-Luc Duval a observé que la crise économique qui secoue la zone euro fait souffrir tous les pays. Ceux du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ne sont pas épargnés. Durant le premier trimestre de cette année, l’Inde a enregistré une croissance de 5,3 % contre 9,2 % durant la même période en 2011 ; la Chine a enregistré une croissance de 7,5 %, le taux le plus bas enregistré durant les 13 dernières années, contre 9,2 % l’année dernière. Le Brésil, considéré comme une Powerhouse en Amérique Latine, a enregistré une croissance de 2 %.
Pour sa part, Maurice figure parmi les pays les plus exposés à la crise euro, selon une étude réalisée par la firme internationale Maplecroft. Les dernières données publiées par cette agence concernant le taux de croissance en 2012 indiquent que la Grande-Bretagne avait enregistré le même taux que l’année dernière soit (0 %); la Pologne enregistrait un taux de 2,6 %, la Hongrie (-0,5 %), la République tchèque (0,3 %), la Mauritanie (6,2 %), le Mozambique (7,5 %), Maurice (3,2 %), la Suède (1,6 %), l’Islande (3,1 %) et le Cap Vert (5,1 %). La prévision de croissance pour Maurice est la plus élevée parmi les Upper middle income countries. Le Mozambique qui connaîtrait un taux de croissance de 7,5 % figure parmi les nouveaux exportateurs de charbon depuis 2011. De plus, ses revenus par tête d’habitant sont estimés à 583 dollars, ce qui est relativement bas. La Mauritanie bénéficie également des revenus d’exploitations minières alors que le Cap Vert traverse une forte croissance après avoir connu une récession en 2008/2009.
Pour Xavier-Luc Duval, Maurice connaît une période de transition alors que la crise économique empire en Europe. Le budget 2013 donnera, a-t-il précisé, un sens de direction à l’économie du pays et préparera le pays pour la reprise. C’est pourquoi, le budget encouragera des investissements intelligents dans des secteurs productifs. De plus, la consolidation de la justice sociale figurera parmi les priorités stratégiques du budget.
L’accord conclu entre le gouvernement et l’AFD porte sur un prêt de 62,5 millions d’euros à un taux fixe de 2,19 %. Il servira au financement de la construction d’un barrage à Rivière-des-Anguilles. L’accord a été signé par l’Ambassadeur de France Jean François Dobelle et le ministre des Finances.
L’Agence française de développement a repris ses activités à Maurice depuis 5 ans. L’aide totale incluant le dernier prêt de l’AFD à Maurice est estimée à Rs 21 milliards. Elle a permis de financer une vingtaine de projets.