Le leader du MSM, Pravind Jugnauth, estime que le Budget 2014 ne se « préoccupe pas des vrais problèmes » qui affectent le pays. Et de citer, entre autres, les cas de la fourniture d’eau, de l’insécurité, de la prolifération de la drogue et de « l’escroquerie » dans le secteur de l’éducation.
Commentant en détails les propositions budgétaires, le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), Pravind Jugnauth, a « rappelé » c’est le gouvernement MSM/MMM qui avait initié le projet de construction du barrage de Bagatelle. « Lorsque Navin Ramgoolam a pris le pouvoir, il a fait changer le site. Et maintenant, on apprend qu’il y a un gros problème de porosité à cet endroit. La population veut savoir quand ce barrage sera prêt ? Eski pe konstrir dam ki pe koule ? », s’est-il demandé. Il s’est aussi interrogé sur le remplacement des vieux tuyaux de la CWA, « qui fuient et font perdre beaucoup d’eau au pays ».
S’agissant de l’insécurité, le leader du MSM estime que Maurice se retrouve dans la même situation qu’avant 2000, avec des « gangs de malfaiteurs qui semaient la terreur ». Quant au problème de la drogue, Pravind Jugnauth affirme que le gouvernement « ne fait rien » alors que, dit-il, « des jeunes sont en train de mourir ». Enfin, ajoute-t-il, « aucun mot sur la fraude et la corruption, seule industrie qui connaît une croissance vertigineuse ».
Au sujet de la proposition de l’introduction du nine-year-schooling, le leader du MSM dit : « Aster ki Ramgoolam al dekouver ki bizin aboli CPE alor ki pe tortir nou ban zanfan depi wit an. » Et de poursuivre : « Maintenant, le ministre Bunwaree dit qu’il ne compte pas introduire ce plan en janvier prochain, mais en 2016-17. Sa fini sa, dir bye bye. » Revenant sur l’introduction de la télévision privée « sans informations », le leader du MSM a martelé que « tou sala akoz sa bwat ki dirize par Dan Callikan sa », avant de qualifier le gouvernement « d’anti-démocrate ».
Pravind Jugnauth a finalement estimé que le ministre des Finances a présenté un budget qui « continue sur la voie de la faillite ».