Le ministre de la Santé et de la Qualité de la vie, Anil Gayan, a estimé que le Budget 2016-17 est « un budget pour le peuple ». S’il affirme n’avoir pas eu l’intention de parler de drogue dans son intervention, il a ajouté avoir été obligé de le faire après les critiques du député du MMM Franco Quirin à son égard. Le ministre a ensuite élaboré sur les réalisations et les projets de son ministère.
« C’est un budget pour le peuple. Un budget pragmatique et réaliste. Ne pas prendre de mesures courageuses n’est pas une option en économie. C’est un budget qui put people first », a affirmé Anil Gayan. Il n’a toutefois pas manqué de faire ressortir que ce budget « porte l’empreinte du Premier ministre ». D’emblée, le ministre a souligné qu’il voulait élaborer sur trois aspects du budget en particulier : le retour des Chagos à Maurice, la lutte contre la pauvreté et les jeunes face aux défis de la vie moderne.
Concernant les Chagos, il a déclaré que le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, « a eu raison » de mettre les Britanniques et les Américains devant leurs responsabilités. « Le monde a changé et l’argument de la défense de monde occidental (NdlR : pour ne pas rendre les Chagos à Maurice) n’existe plus », a-t-il lancé. En outre, parlant de la lutte contre la pauvreté, Anil Gayan a souligné la mise en oeuvre du Plan Marshall. « Il ne devrait y avoir aucun défavorisé à Maurice ». Il a dans ce contexte fustigé « ces égoïstes qui, une fois arrivés au sommet de l’échelle sociale, retirent l’échelle et empêchent les autres de progresser ». « Il n’y a aucun obstacle qui empêche quelqu’un de réussir à Maurice. Tout est dans la détermination et les efforts nécessaires ». Évoquant les défis que doivent relever les jeunes, il a soutenu que ce budget « leur donne de l’espoir ». Il invite les jeunes à utiliser les nouvelles technologies pour avancer. « La mobilité sociale n’est pas une impossibilité dans un pays comme Maurice ».
Par ailleurs, en tentant de réfuter les critiques du député Franco Quirin, quant à sa nouvelle politique de lutte antidrogue (voir plus loin), Anil Gayan a souligné que personne ne voulait avoir un centre de distribution de méthadone dans son quartier. Il a pris à témoin le député Quirin lui-même, Rajesh Bhagwan et Zouberr Joomaye.
Anil Gayan a bien accueilli l’augmentation de 12,4 % du budget de son ministère, soit une augmentation de Rs 1,2 milliard. Il a ensuite annoncé de nombreux projets, dont celui de quatre nouvelles médicliniques, d’un nouvel hôpital à Flacq et d’un nouvel hôpital ENT.
Le ministre a par ailleurs dit souhaiter un « débat ouvert et honnête » sur les greffes d’organes à Maurice, précisant que ce sujet est « sensible ». Concernant les examens d’entrée pour les nouveaux médecins et dentistes, Anil Gayan a expliqué que ceux-ci visent à « harmoniser la formation, les qualifications et les compétences ».