La ministre de l’Égalité des genres estime que le Budget 2016/2017 répond aux aspirations de la population et dit relever favorablement la continuité dans les idées, faisant référence notamment à l’exercice budgétaire présenté par Xavier-Luc Duval en 2013, dans lequel des mesures pour les SME Schemes, le YEP, l’aquaculture, le fibre-to-home ou encore les subventions pour les crèches avaient été introduites.
Pour Aurore Perraud, ce budget peut être considéré comme un budget familial, dans lequel tout est mis en place pour protéger et améliorer la qualité de vie des familles mauriciennes, « et avec une vision qui assure que le développement économique ne se fera pas aux dépens du bien-être de la population ». Au niveau de son ministère, Aurore Perraud a réitéré que « la violence domestique est le mal du siècle », déplorant le nombre croissant de plaintes pour violence conjugale. Pour elle, les amendements à la Protection from Domestic Violence Act (PDVA) sont un pas en avant pour « combattre la violence conjugale », avec notamment l’inclusion de l’intimidation et des amendes plus fortes pour les différents délits. La ministre a aussi rappelé que les fonds qui seront déversés aux ONG démontrent le besoin de leur apport « pour combattre ce mal social ». Ainsi, selon la ministre, des campagnes d’informations seront proposées avec les ONG concernées « afin d’apporter des solutions innovantes pour aider les femmes et enfants en détresse, et étudier et comprendre ce phénomène de violence conjugale ».
Aurore Perraud a évoqué la restructuration de la Child Development Unit avec la mise sur pied de nouveaux départements « plus adéquats avec notre temps ». « Nous ne pouvons apporter de solutions pour nos enfants en 2016 avec des programmes et des services obsolètes, vieux d’une dizaine d’années. Les enfants ne sont pas nés violents et notre rôle est de tout faire pour les éloigner des cercles vicieux ». La ministre salue le recrutement additionnel de personnel et les mesures prises pour améliorer la vie des enfants. Elle a salué aussi les mesures pour améliorer la présence des femmes dans des postes importants, dont le fait de placer au moins une femme dans le conseil d’administration de chaque compagnie, « car les femmes représentent plus de la moitié de la population et doivent avoir autant de chances que les hommes ; faut tout faire pour libérer leur potentiel ». C’est pour la ministre un budget « aligné à nos engagements, avec un gouvernement dévoué à la population ».