Le Premier ministre Navin Ramgoolam s’est taillé la part du lion lors de la séance marathon des débats sur le budget 2012 hier soir. En effet, au moins sept heures, soit de 21 h 30 hier soir jusqu’à 4 h 15 ce matin, ont été consacrées à l’examen en comité des dotations budgétaires du seul Prime Minister’s Office avec les parlementaires de l’opposition soumettant Navin Ramgoolam à un feu roulant d’interpellations sur les intentions politiques du gouvernement pour l’année prochaine.
En début de soirée, le Premier ministre est intervenu dans les débats sur le budget en concentrant ses tirs dans la partie initiale sur son ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances Pravind Jugnauth, qui ne s’était pas prié auparavant de dénoncer de manière véhémente le gouvernement de Navin Ramgoolam.
Les échanges au sein de l’hémicycle pour la séance d’hier ont été marqués par des demandes répétées de la part de l’opposition, dont le leader Paul Bérenger, pour la tenue des élections générales dans le sillage de la rupture de l’Alliance de l’Avenir. Le ton est monté d’un cran vers la fin du discours du Premier ministre sur le budget.
Navin Ramgoolam venait d’aborder le chapitre consacré à l’Independent Commission Against Corruption. Il était revenu sur les circonstances autour du démantèlement de l’Economic Crime Office (ECO) en moins de 24 heures à la fin de 2000 pour dénoncer l’opposition. Paul Bérenger devait rétorquer que l’ECO avait été remplacé par l’ICAC par le gouvernement MSM/MMM. « Twa to ine touye l’ICAC », ajoute le leader de l’opposition en lançant en direction de Navin Ramgoolam « donne eleksyon, olié bla-bla ».
Le PM s’en est tenu au fait que les prochaines élections générales sont prévues pour 2015 en se disant confiant que le gouvernement sera reconduit dans ses fonctions. Face aux commentaires et réactions de l’opposition, il a laissé échapper que l’opposition n’allait jamais remporter d’élections.
Plus tôt dans son intervention, le chef du gouvernement est revenu sur les mesures budgétaires formulées par Pravind Jugnauth alors qu’il occupait les fonctions de ministre des Finances. Dans un règlement de comptes apparent, il s’est appesanti sur les effets néfastes de l’introduction de la Capital Gains Tax notamment sur le secteur des Integrated Resort Scheme (IRS).
Néanmoins, le plus dur était à venir lors de la reprise de la séance parlementaire après le dîner. L’examen en comité du budget alloué au Prime Minister’s Office s’est transformé en un grand oral d’au moins sept heures pour Navin Ramgoolam, un événement dans les annales parlementaires. D’ailleurs, à l’ajournement de la séance d’hier vers les 4 h 15 ce matin, cela a été le seul ministère dont les dotations budgétaires avaient été avalisées par l’Assemblée nationale, si l’on fait exception des budgets des institutions constitutionnelles.
Les parlementaires de l’opposition, dont Veda Baloomoody, Steve Obeegadoo, Rajesh Bhagwan et Pravind Jugnauth, ont cherché des précisions du gouvernement quant à la tenue des prochaines élections municipales. Répondant à ces interpellations, le Premier ministre n’a pas donné d’indications précises quant au calendrier électoral même s’il affirme être prêt à organiser ces consultations populaires dans les cinq villes du pays à tout moment.
Navin Ramgoolam a réitéré son intention de faire adopter le nouveau Local Government Bill et a ajouté qu’avec la fin des débats sur le budget 2012, l’attention sera de nouveau braquée sur les élections municipales en cette fin d’année.
Le député Steve Obeegadoo s’est intéressé au sort qui sera réservé aux recommandations de l’Electoral Boundaries Commission soumises au gouvernement avant les dernières élections générales. Le Premier ministre a soutenu que le tout sera abordé avec le prochain rapport du Pr Guy Carcassonne sur la réforme électorale prévu pour le mois de décembre.
L’examen en comité des dotations budgétaires des autres ministères a repris à 11 h ce matin à l’Assemblée nationale avec une autre séance marathon en perspective.