Après vingt mois au pouvoir, le gouvernement aurait dû donner une indication sur le deuxième « miracle économique » promis. Tel est l’avis du député du MMM Reza Uteem qui a ouvert les débats sur le budget à l’Assemblée nationale ce matin. Il regrette que le budget n’en fait aucune mention et qu’il n’y a pas eu suffisamment de mesures fortes pour encourager l’investissement. Tout en appréciant les différentes mesures pour éradiquer la pauvreté, il invite à procéder avec prudence concernant le National CSR Foundation, afin de ne pas compromettre des projets viables, comme le logement, déjà enclenchés par certaines firmes privées.
Pour Reza Uteem, le budget 2016-17 est rempli de bonnes intentions sur le plan social. Il cite l’allocation de subsistance accordée aux familles se trouvant sur le registre social. Toutefois, il reste à savoir comment cela sera implementé. Il invite également le gouvernement à se montrer flexible sur la question car certaines familles ne se trouvant pas dans l’extrême pauvreté se trouvent aussi en difficultés. Il invite à considérer les cas qui le méritent.
Concernant la récompense accordée aux élèves ayant réussi leurs examens de Grade 9, SC, HSC/Professionnel, il regrette que le ministre des Finances n’ait pas mentionné si cette mesure se rapporte uniquement aux familles dans l’extrême pauvreté et s’il touche aussi celles dans la pauvreté relative.  L’extension de la pension d’invalidité aux enfants de moins de 15 ans est aussi appréciée. Toutefois, Reza Uteem aurait souhaité que le gouvernement revoie les conditions autour du 60% d’incapacité nécessaire pour être admissible à cette pension.
De même, il aurait souhaité que les bénéficiaires continuent à toucher leur pension d’invalidité après 60 ans. Il dit apprécier l’augmentation du grant aux ONG engagées dans les Special Needs, mais souhaite que ce soit suffisant pour leur permettre de continuer à travailler.
Pour ce qui est de la Corporate Social Responsibility (CSR), Reza Uteem reconnaît que l’abolition des guidelines a donné lieu à des « abus ». Selon lui, des CSR guidelines sont nécessaires. Quant à l’obligation de verser 50%, et ensuite, 75% au National CSR Foundation, il fait ressortir que beaucoup d’entreprises ont démarré des projets, de logement, notamment. Il se demande si l’application d’une CSR Tax n’aurait pas été plus appropriée.
Reza Uteem regrette toutefois que ce budget n’a pas été l’occasion de faire le bilan de la performance économique du gouvernement depuis 20 mois. Il souligne qu’il n’y a pas eu un mot sur le deuxième miracle économique promis. « Où en est-on avec le deuxième miracle économique 20 mois après ? », se demande-t-il.
CWA : seules Rs 382 M sur Rs 2 milliards…
Le député mauve fait ressortir que tous les indicateurs économiques ont démontré jusqu’ici qu’il n’y a pas eu de croissance. Chiffres à l’appui, il démontre que toutes les prévisions n’ont pas été atteintes. « Alors qu’on annonçait une croissance de 5,5% par an, le présent budget mentionne qu’elle n’a été que de 3% et 3.9% pour 2015-2016. Il y a eu une sous-performance de 40% de ce qui était prévu. De même, l’investissement du secteur privé et le FDI ont chuté par 50%.» Il ajoute qu’avec le Brexit, la situation va se compliquer davantage. Pour Reza Uteem, les tax holidays, proposés aux investisseurs ne suffiront pas à attirer l’investissement; « Il fallait un package, avec une série de mesures. »
Reza Uteem regrette également qu’après les mesures annoncées l’année dernière, les PME éprouvent toujours des difficultés à décoller. « Après avoir annoncé une SME Bank l’année dernière, cette fois, on revient avec la DBM pour un fast track desk. Entre-temps, on a injecté Rs 3,1 milliards dans la MauBank. » De même, il se demande pourquoi l’Air Fret Scheme est limité à l’Europe et à Air Mauritius. Il va plus loin en ajoutant si cette mesure avait pour but d’aider la compagnie d’aviation nationale au lieu de soutenir le secteur manufacturier.
Reza Uteem considère alarmant le taux de chômage parmi les jeunes et note que le YEP n’est qu’un placement temporaire. Il se demande combien de jeunes ont trouvé du travail après le YEP.
Finalement, Reza Uteem note qu’une bonne partie des budgets alloués à différents ministères et organismes pour des projets l’année dernière n’a pas été utilisée. « Le champion des champions est la CWA. Des Rs 2 milliards prévus pour différents travaux, seuls Rs 382 millions ont été utilisées. Et ils osent venir parler d’augmentation et de privatisation… »
Par ailleurs, Reza Uteem s’interroge sur la question d’investir dans un projet comme Heritage City et plaide pour que les travaux parlementaires soient maintenus à Port-Louis car le bâtiment de l’Assemblée nationale fait partie du patrimoine.
À signaler qu’Ivan Collendavelloo et Vishnu Lutchmeenaraidoo n’étaient pas présents au Parlement au moment de l’intervention de Reza Uteem.