Le traîté d’extradition exigé entre la République de Maurice et les pays de provenance des jockeys ne concernent pas les jockeys déjà sur place. C’est ce qu’a statué le Prime Minister’s Office (PMO) suite à une interrogation de Ricky Maingard qui avait souligné que le memo adressé par la Gambling Regulatory Authority au Mauritius Turf Club n’en faisait aucunement état. On sait que les permis octroyés aux jockeys étrangers sont effectués à la base de termes et que les prochains seront émis pour la journée du Maiden. Or, Robbie Burke se trouve sous le coup d’une suspension de quatre journées. S’il pouvait reprendre du service le 25 août prochain, un doute existait quant au renouvellement de son permis pour le dernier terme car il n’existe aucun traîté d’extradition avec la Répulique d’Irlande. Ainsi, le PMO a clarifié la situation en début de semaine pour souligner que cela ne concernait pas les jockeys qui sont déjà sous contrat. Robbie Burke a fait un saut en Irlande pour être aux côtés de son épouse qui avait à subir une intervention chirurgicale. Turf Magazine profite de l’occasion pour  souhaiter à cette dernière un prompt rétablissement.
Par contre, nous avons appris que les demandes de permis de travail pour les jockey Roberto Perez (R. Gujadhur) et Antonio Polli (S. Henry) ont essuyé un refus de la part des autorités concernées alors que le Mauritius Turf Club avait déjà donné son feu vert pour leur permettre de monter au Champ de Mars. Les pays avec lesquels existe un traîté d’extradition sont : l’Albanie, la République Tchèque, la France, la Pologne, la République fédérale d’Allemagne, le Portugal, Israël, l’Irak, la Suède, l’Autriche, les Etats-Unis, le Guatemala, la Belgique, la Suisse, la République démocratique du Congo, le Danemark, Zanzibar, l’Australie, le Cameroun, la Nouvelle-Zélande, le Togo, l’Afrique du Sud, la Finlande, l’Inde, le Lettonie, la Hongrie, l’Estonie, l’Islande, la Lithuanie, le Luxembourg et la Thailande.