Le dossier des autobus Special Route, loués par les principaux blocs politiques, l’alliance Ptr/PMSD et le MSM/MMM, pour les rassemblements politiques du 1er mai, a dépassé le simple cadre folklorique avec les révélations d’un responsable de la National Transport Authority selon lesquelles à ce matin, des permis Special Route pour deux autobus seulement ont été octroyés pour mardi prochain. Cet état de choses confirme que les opérateurs du transport en commun se retrouvent en nette contravention à la section 76 (2) de la Road Traffic Act avec des autobus Special Route sans permis de la NTA. Les milieux autorisés affirment que cette situation dure depuis plusieurs années déjà.
Les dernières indications sont que pas moins de 500 autobus Special Route circuleront mardi prochain pour transporter des partisans des deux blocs à leurs meetings respectifs de Vacoas et Port-Louis. Les animateurs de CSG-Solidarité, Serge Jauffret et Ashok Subron, avaient mis le doigt sur la plaie, samedi, en consignant une déposition au poste de police des Casernes centrales exigeant que les dispositions de la loi soient respectées et que le public voyageur ne soit pas pénalisé par cette orgie de Special Route politique le 1er mai.
D’autre part, le MSM, qui affirme être victime du parti-pris de la Corporation Nationale de Transport, a adressé une mise en demeure à la direction générale en vue de redresser la situation. Les informations disponibles sont qu’à ce matin, pas moins 350 autobus ont été alloués pour les meetings du 1er mai, avec une part plus importante pour l’alliance Ptr/PMSD.
Par la même occasion, le MSM n’a bénéficié d’aucun autobus de la CNT dans cette allocation. La mise en demeure du MSM soutient que d’habitude ce parti bénéficie d’une centaine d’autobus pour véhiculer ses partisans à chaque 1er mai. La requête a été soumise le 20 mars dernier et le 2 avril, la direction générale de la CNT devait confirmer que « no bus will be made available to the MSM. The NTC further informed that the criteria for allocation have been modified ». Le MSM, qui dénonce l’attitude discriminatoire et illégale de la CNT à son égard, compte prendre des mesures légales pour être rétabli dans ses droits.