Le leader de l’opposition dit voir « some few positive points » dans The Business Facilitation (Miscellaneous Provisions) Bill, débattu depuis hier au Parlement, mais il n’est pas convaincu que le projet de loi va donner un boost au monde des affaires. Selon Xavier-Luc Duval, la plupart des 26 amendements concernant plusieurs lois qui y sont proposés n’ont rien à voir avec la facilitation des affaires et le projet de loi n’aurait donc aucun impact. « La montagne a accouché d’une souris », dit-il au sujet du contenu du Bill.
Le leader de l’opposition s’est appesanti hier lors de son intervention sur le « déclin de Maurice » par rapport aux indices économiques internationaux et de la 49e place de Maurice l’an dernier en ce qu’il s’agit de l’Ease of Doing Business de la Banque mondiale particulièrement. « C’est la dégringolade généralisée en termes de “business ease”. Au lieu d’être dans le Top 10, nous sommes dans le Top 50. Nous sommes de mauvais élèves dans ce domaine, and this is the truth », a dit Xavier-Luc Duval. « In what way this bill will stop this drop ? » s’est demandé le leader de l’opposition, qui affirme que de nombreuses clauses du projet de loi ne concerneraient pas la « business facilitation ». « Je ne crois pas que le projet de loi améliorera le climat des affaires et permettra au pays de “move up in business index”. »
Le leader de l’opposition a fait aussi remarquer que le projet de loi ne fait « aucune mention » de la question du permis de travail aux étrangers, se disant dès lors d’avis que les demandes pour les « genuine cases » devraient être « traitées rapidement ». En parlant du retard que le pays a rattrapé dans le registre des procédures administratives en ligne, Xavier-Luc Duval a évoqué la performance « plutôt négative » de la State Informatics System Ltd. « The enability of State Informatics System Ltd to deliver the goods. They are so late in everything », constate le leader de l’opposition. Ce dernier a également fait part de ses inquiétudes quant au montant « peut élevé » reçu des Foreign Direct Investments (FDI) concernant le secteur manufacturier. Xavier-Luc Duval trouve que « l’avenir est peu brillant » dans ce secteur de l’économie. « It’s not a happy future. » Et d’attirer  aussi l’attention du gouvernement par rapport à la « tendance aux morcellements » dans le pays et qui, selon ses observations, « poussent aujourd’hui comme des champignons » aux quatre coins du pays « au détriment des espaces verts », avant de suggérer : « Think again before getting rid of green areas ! »