• 1 800 participants attendus

● La huitième édition du plus grand rendez-vous du secteur privé africain se tiendra les 9 et 10 mars prochain à Abidjan, en Côte d’Ivoire.
● Alors que les débats sur le rôle du capitalisme font rage à travers le monde et que la nécessité de « faire le bien » se fait de plus en plus pressante en Afrique, 1 800 grands décideurs de l’industrie, de la finance et de la politique convergeront à Abidjan pour booster l’impact des entreprises du continent.

Croissance des inégalités, émergence du risque climatique, révolutions technologiques et résurgence du protectionnisme : à l’heure où ces quatre disruptions majeures bouleversent le secteur privé mondial et présagent d’une mutation profonde du capitalisme à travers le monde, les leaders économiques et les dirigeants de grandes entreprises africaines tardent à participer au mouvement de réflexion actuel sur le « capitalisme et le bien commun ». L’Afrique a pourtant une autre voix à faire entendre : sur le continent, plus qu’ailleurs, le secteur privé montre en effet qu’il est possible de « faire des affaires » et de « faire le bien » en même temps.

Face à cet enjeu capital pour le développement du continent, et après avoir rassemblé ses participants autour de l’impact du digital (l’Africa CEO Forum 2018) et de la meilleure manière de réussir la Zone de Libre-échange Continentale (l’Africa CEO Forum 2019), cette nouvelle édition mobilisera 1 800 participants autour du rôle sociétal des grandes entreprises. Le secteur privé africain doit-il placer parmi ses priorités stratégiques la lutte contre la croissance des inégalités, les combats environnementaux, la création d’emplois, l’intégration des jeunes générations ? Comment concilier ces objectifs avec les enjeux de compétitivité ? Quel rôle les entreprises et leurs leaders doivent-ils jouer face aux mutations actuelles et sont-ils armés pour les affronter ? Comment faire de la lame de fond numérique un accélérateur d’impact ?

Convaincue du nécessaire, et possible, changement de paradigme pour les grandes entreprises à travers le monde, dans un contexte où les inégalités continuent à se creuser, où les déséquilibres restent forts et où le risque environnemental grandit, la MCB est fière de s’associer à ce forum pour participer à la création d’une nouvelle dynamique en faveur du bien commun. En effet, la responsabilité sociétale et environnementale des entreprises est aujourd’hui un enjeu majeur pour les acteurs continentaux qui sont de plus en plus évalués sur leurs actes en la matière. Nous croyons également que c’est une formidable source d’opportunités pour le développement de l’Afrique, nécessitant une collaboration toujours plus accrue entre les partenaires publics et privés. C’est cette dynamique d’ensemble que nous voulons impulser de manière significative », commente Alain Law Min, CEO de la MCB.

Pendant deux jours, le forum fera avancer le dialogue public-privé en permettant aux leaders économiques et représentants du secteur public d’échanger sur les grands défis sectoriels et favorisera l’aboutissement de transactions importantes pour la croissance régionale et panafricaine du secteur privé et le développement du continent en général. De nombreuses personnalités sont attendues : Amadou Hott, ministre de l’Économie du Sénégal, Tony Elumelu, président de Heirs Holding, Mohamed Mohsen, CEO d’Arab Contractors, Albert Yuma, président de Gécamines, Diane Karusisi, CEO de Bank of Kigali, Richard Bielle, président du directoire de CFAO, Mohamed El Kettani, CEO d’Attijariwafa Bank, Jean-Pierre Dalais, Group Chief Executive de Ciel Ltd, Rita Maria Zniber, CEO de Diana Holding et Abdoulaye Magassouba, ministre des Mines et de la Géologie de Guinée, entre autres.