Que ce soit le président des Seychelles, James Michel, le ministre des Sports seychellois, Vincent Mériton, ou encore le président du Conseil international des Jeux (Cij), Jean-François Beaulieu, tous ont mis l’accent sur la reconnaissance des sportifs et de la jeunesse de l’océan Indien dans de leurs discours lors de la cérémonie d’ouverture.
James Michel a exprimé, en présence du président des Maldives, Mohamed Nasheed, les sentiments de joie et de légitime fierté du peuple seychellois d’accueillir cette huitième édition. « Certes, nous sommes des îles ou des états insulaires, mais nous bouillonnons d’idées, d’ambition et de réussite. La tenue régulière de ces Jeux en est une preuve tangible », a-t-il déclaré.
Le président Michel a souligné les chemins parcourus depuis 1993, année où les Seychelles avaient organisé les Jeux pour la première fois. « En relevant le défi, nous favorisons la formation, la culture, les valeurs olympiques et le brassage des talents de l’océan Indien. Nous investissons beaucoup car nous croyons dans la jeunesse seychelloise. Nous voulons aussi montrer l’image rassurante que le pays est stable et que règnent la paix et l’harmonie. »
Vincent Mériton soutient, lui, que malgré la situation économique difficile en 2008, les autorités seychelloises ont toujours montré leur détermination à accueillir ces Jeux. « Cet engagement traduit notre mission de répondre au besoin de la jeunesse de l’océan Indien. Je dédie ces Jeux à nos prédécesseurs et aux membres fondateurs de cette noble décision de mettre en valeur les sportifs de la région. Mention également à nos athlètes, aux milliers de volontaires et aux sponsors. »
Jean-François Beaulieu a, lui, salué la détermination du CNO seychellois et la forte volonté politique « d’apporter leur soutien en direction de la jeunesse de la région. » « Ils ont su relever le défi. D’ailleurs, les Jeux verront aussi la renaissance de l’Artoi (Association des radios et télévisions de l’océan Indie). »
Il a évoqué l’esprit olympique qui plane sur ces Jeux. « Au-delà des médailles, la victoire se tisse dans les liens d’amitié et de respect. L’esprit d’équipe est aussi indispensable », a conclu le président du Cij.