Liverpool, vainqueur de la dernière Ligue des champions, pourrait empocher jusqu’à 107 millions d’euros en dotations sportives s’il venait à faire carton plein en phase de poule puis à conserver son titre en 2020, sans compter la manne liée aux droits télé.

Chacune des 32 équipes qui débutera la phase de groupes, mardi ou mercredi, encaissera d’entrée un chèque de 15,25 M EUR, selon les chiffres communiqués par l’UEFA. En phase de groupe, chaque victoire rapporte 2,7 M EUR et un match nul, trois fois moins (900.000 euros).

Ensuite, les dotations augmentent logiquement avec les matches à élimination directe.

Se qualifier en 8e de finale rapporte 9,5 M EUR; se hisser au tour suivant, 10,5 M EUR supplémentaires, puis encore 12 M EUR en demi-finale.

En finale, le vainqueur recevra 19 M EUR et son adversaire, 15 M EUR, des sommes identiques à celles de la saison dernière.

De manière tout à fait hypothétique, le détenteur de la Coupe aux grandes oreilles peut toucher un magot de 82,45 millions d’euros en revenus sportifs. Dans le détail: 15,25 M EUR pour sa participation en phases de groupes, qui s’ajoutent aux 16,2 M EUR s’il gagne ses six matches de groupe, et aux 51 M EUR glanées dans la dernière ligne droite.

– Prime aux poids-lourds –

Un bonus est par ailleurs versé aux clubs en fonction de leur historique, d’après un classement établi par l’UEFA selon les performances réalisées ces dix dernières années en Coupe d’Europe.

Les Reds de Liverpool se classent au 11e rang parmi les équipes engagées cette saison en C1, ce qui leur assure d’empocher 24,38 M EUR à ce titre. Le Real Madrid, en tête du classement, touchera de son côté près de 35,5 M EUR.

S’ils venaient à remporter la prochaine finale, le 30 mai à Istanbul, les Anglais rafleraient donc 106,83 M EUR, grâce à leur parcours en C1 (82,45 M EUR) et à leur passé européen (24,38 M EUR).

Le club de Mohamed Salah et Sadio Mané empocherait par ailleurs 3,5 M EUR au titre de sa participation future à la SuperCoupe d’Europe. Et un million d’euros supplémentaire en cas de victoire.

A ces dotations sportives, s’ajoute la manne des droits de diffusion télévisée. Plus les droits TV d’une zone géographique sont élevés, plus ses représentants en Ligue des champions touchent de l’argent.

jta/fbr/cto