Université : Confusion et contestation d’une suppléance
Depuis la démission forcée en début d’année du vice-chancelier Conrad Morgan, une ligne d’instabilité s’est installée sur le campus de l’Université de Maurice. Le dernier épisode en date concerne la suppléance au poste de vice-chancelier. Dans un premier temps, le choix s’est porté sur le Pr Subratty. Aucun problème jusqu’au 9 avril dernier, quand celui-ci avait pris des congés pour deux semaines.
Françoise Driver, Seniormost Dean of Faculty, a été appelée à agir en tant que VC suppléant. Mais au retour du Pr Subratty, ce dernier reprend ses responsabilités. S’appuyant sur la politique déclarée pour les suppléances, le syndicat du personnel académique, UMASU, conteste cette décision en affirmant que Françoise Driver aurait dû être maintenue aux fonctions de vice-chancelier pour le reste du terme. Cette interprétation des Rules and Regulations fait actuellement l’objet de débats à Réduit.
CSR: l’astuce malhonnête des supermarchés
Des supermarchés et distributeurs d’aliments auraient, selon eux, trouvé un bon moyen pour écouler leur stock de produits de consommation en passe de périmer. Ils en font non seulement don à des organisation non-gouvernementales, mais ils prennent aussi le soin d’accompagner ces donations d’un document, prouvant le montant des produits, avec la mention sold to: Corporate Social Responsibility. Cette astuce leur permet de maintenir une partie des fonds CSR dans leur caisse. Une ONG de la capitale à qui une enseigne connue avait offert des produits de qualité, mais dont la date de péremption arrivait à terme, a dû à son tour faire preuve de générosité en les partageant rapidement avec ses bénéficiaires et des visiteurs pour ne pas gaspiller les cadeaux, sur le point de périmer, de la compagnie. L’année dernière une ONG n’a ps manqué d’alerter le National CSR Committee sur cette astuce malhonnête pratiquée par un supermarché très connu des hautes Plaines-Wilhems.