La campagne pour les élections syndicales à la MBC se déroule dans une atmosphère de haute tension. En effet, des pressions de haut niveau sont exercées sur des aspirants-candidats intéressés à se joindre à la liste menée par Rehana Ameer. Des menaces de transferts punitifs à Rodrigues contre ceux qui sont les plus hardis dans leur volonté de mettre hors circuit l’équipe dirigeante syndicale sortante. D’autre part, les mouvements de la syndicaliste Rehana Ameer sont sous surveillance quand elle se rend au QG de la MBC à Moka. Elle doit rester dans les parages de la réception, réduisant du même coup ses contacts avec ses collègues.
Par ailleurs, le personnel de la MBC vit dans la hantise d’une prochaine vague de dégraissage avec des VRS ou encore le non-renouvellement de contrats pour d’autres. La raison principale reste que les finances de la MBC sont au rouge sang comme le principal parti au pouvoir.