Quand Callikan censure un tableau
Recrire l’histoire est une habitude pour les directeurs de la MBC qui confondent entre information et propagande pour le parti au pouvoir. C’est ainsi que pendant les derniers jours du régime Ramgoolam I, on ne parlait pas de l’opposition à la MBC et que pendant le premier règne de Ramgoolam II, on avait effacé les treize années pendant lesquelles Anerood Jugnauth avait dirigé le pays.
La MBC de Callikan pratique allègrement cette forme de manipulation et ne montre que des images flatteuses du gouvernement en place, de ses membres et partisans. Au mois de mars, la MBC a utilisée cette pratique de censure dans un autre cadre. Celui d’une exposition destinée à mettre en valeur la créativité des artistes mauriciennes et tenue dans le lobby de l’institution. À la veille de l’ouverture, le directeur général est venu faire un tour de l’exposition et fait modifier une installation de l’artiste Diya Lenette consacré aux femmes qui ont contribué au changement. Pour la partie mauricienne de cet hommage, l’artiste avait  choisi une image d’Ariane Navarre-Marie du MMM, ce qui n’a pas plu au directeur général de la MBC. Dan Callikan semble ne pas supporter les membres de l’opposition, même en peinture. Il a donné des instructions pour que l’image d’Arianne Navarre-Marie soit effacée pour être remplacée par celle de Nita Deerpalsing. Le problème c’est que le directeur général censeur avait oublié un détail : le catalogue de l’exposition, qui avait été déjà imprimé et dont nous avons le plaisir de présenter un page. Il est à noter qu’une question parlementaire a été posée sur cette censure par le député Bhagwan et que l’on attend avec impatience la réponse du Premier ministre, de qui relève la MBC, sur cette modification qui se voudrait artistique mais qui n’est que de la propagande grossière.