Dans le cadre de son intervention lors des débats du Budget 2013, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Protection des consommateurs a évoqué la volonté du gouvernement de faire de Maurice un centre d’approvisionnement régional en produits pétroliers. Cader Sayed-Hossen a rappelé que Maurice importera quelque 1,345 000 tonnes de produits pétroliers en 2012, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2011. Il a attribue cette hausse à la demande de croissance enregistrée pour l’approvisionnement des navires (bunkering), des avions ainsi que la consommation de l’huile lourde.
Cader Sayed-Hossen s’est dit confiant que, dans les prochaines années, l’importation des produits pétroliers maintiendra une croissance à deux chiffres. Il a observé que la consommation de l’essence et du diesel continuera à connaître une augmentation entre 4 à 5 %. Dans le but d’assurer une fourniture adéquate du gaz et du diesel à court et moyen termes et de développer le potentiel d’exportation de la région, la STC a lancé un appel d’offres pour la construction de facilités de stockage de 25 000 tonnes de produits pétroliers à Mer Rouge.
Le ministre du Commerce a également annoncé que le gouvernement se propose de créer un petroleum terminal d’une capacité de 160 000 tonnes. Commentant le discours du budget, il a observé que les mesures préconisées par le ministre des Finances « will ensure that the economy is kept solidly anchored on the path of economic consolidation and economic progress while putting inclusive growth at the centre stage ».
Cader Sayed-Hossen a fait remarquer qu’alors que plusieurs pays réduisent le nombre d’emploi dans secteur public en raison des difficultés économiques, l’économie mauricienne connaît une croissance de 3 %, la dette publique est en baisse, aucune contraction du personnel n’est observée dans la fonction publique et grâce au PRB, les fonctionnaires bénéficieront d’une augmentation salariale. « What better proof do the harbingers heralding gloom need that we are reaping the fruits of this Government’s sound, wise and compassionate economic management ? », s’est il demandé.