Une seule pièce, deux torréfacteurs, trois moulins à moudre, moins d’une dizaine d’employés. C’est dans ces lieux discrets parfumés à l’arabica qu’on procède chaque jour à l’emballage du Café de Chamarel, le seul café cultivé, torréfié et commercialisé à Maurice. Scope s’est rendu à Case Noyale Ltd qui, comme son nom l’indique, se situe dans ce village du sud-ouest de l’île. Cette petite entreprise appartient à la Compagnie sucrière de Bel Ombre Limited (CSBO), propriétaire des 16 hectares de terre dédiés à la culture de café depuis près d’une quarantaine d’années.
Avec une production annuelle de 10,000 tonnes de café, la réputation du Café de Chamarel n’est plus à faire. Ce produit local, distribué depuis 1999 par Scott & Co Ltd., est bien présent sur les rayons des supermarchés mauriciens. Avant que nos papilles ne se laissent titiller par l’arôme robuste et fort de ce breuvage, Scope a suivi Mario Coiffic, Agricultural Operations Manager à CSBO, pour une visite dans les hautes plaines de Chamarel, plus précisément à Les Rouleaux, non loin des fameuses Terres des Sept Couleurs, où se trouve l’exploitation des caféiers. L’une des particularités du Café de Chamarel, “est d’avoir préservé une production artisanale sur deux lieux stratégiques : Chamarel pour sa température, sa pluviosité et la qualité de ses sols, et Case Noyale pour son ensoleillement”, souligne Mario Coiffic.