La CID de Grand-Gaube, sous la supervision de l’ACP Devanand Reekoye, enquête depuis hier soir sur un incendie suspect ayant éclaté à l’hôtel Creolia, à Calodyne. Les dégâts dans cet établissement en construction, ayant pour promoteurs le groupe Harel et Attitude Resorts, sont évalués à Rs 1 million.
Les informations disponibles de sources policières dans la matinée confirment que la Criminal Investigation Division (CID) de Grand-Gaube a ouvert une enquête pour « arson » (incendie criminel) à la suite d’une déposition consignée par un agent de sécurité d’une société privée, affecté à cet hôtel en construction. Dans sa déclaration, l’officier a en effet soutenu que plusieurs kiosques en bois et en pailles de canne à sucre, ainsi que 17 arbres de noix de coco, sont partis en fumée lors de cet incendie, qui s’est déclaré hier soir aux alentours de 22h30. À ce stade de l’enquête, les responsables n’écartent pas la piste d’un  acte criminel, en raison de l’endroit où le feu s’est déclaré, juste en face de la plage.Une fois le sinistre maîtrisé par les pompiers de la caserne de Triolet hier soir, l’Assistant Commissaire de Police (ACP) Devanand Reekoye, Divisional  Commander de la Northern Division, s’est déplacé en personne sur les lieux en vue de dresser un premier constat de la situation.
Des officiers du Scene of Crime Office (SOCO), mais aussi du Forensic Science Laboratory, ainsi que des photographes de la police ont été mandés sur place en vue de prélever des indices susceptibles de contribuer à l’enquête policière. Une nouvelle descente d’une escouade spéciale de la CID de Grand-Gaube est prévue dans la journée d’aujourd’hui en vue de déterminer la cause et les circonstances exactes du sinistre.
Dans une déclaration au Mauricien dans la matinée, un représentant de la direction du futur complexe hôtelier Creolia regrette : « C’est un spectacle triste et désolant pour le développement, mais qui aurait pu avoir des conséquences bien plus graves. A ce stade, nous ne pouvons toutefois rien dire de plus. Nous laissons la police poursuivre son enquête. »
Pas plus tard que la semaine dernière, le ministère de l’environnement avait émis sur L’Hôtel Créolia un Enforcement Notice  sur protestaion de l’Hotel Calodyne, voisine, qui se plaignait de subir les nuisances résultant de la construction de cet hotel, en particulier la poussière émanant du chantier de construction.
Rappelons aussi que l’annonce officielle de la construction de ce complexe hôtelier, à Calodyne, avait entraîné le mécontentement dans la communauté des pêcheurs. Ces derniers se disent en effet « inquiets » car ils ne se sentant pas intégré au tissu socio-économique de ce projet. Les pêcheurs disent également craindre des conséquences sur le plan écologique. Leurs doléances touchaient à l’époque au respect du libre accès au domaine public et à sa gestion, au comblement de la mer, à l’extraction du sable et au manque de consultations et de participation des habitants de la localité, et du public en général. Plusieurs manifestations avaient été organisées à cet effet dans le passé, mais la situation semblait être au beau fixe avant l’intervention gouvernementale et l’incendie d’hier.