Si la direction de l’hôtel Les Creolias Hotel (en construction) ne prend pas des mesures immédiates pour se conformer à la Conditon 8 de sa EIA Licence, elle s’expose à une amende ne dépassant pas Rs 100 000 et une peine de prison ne dépassant pas quatre ans. Lors d’une visite sur le site de construction mercredi, les inspecteurs de l’Environnement ont constaté que les plaintes de la direction de Calodyne Sur Mer (voisine du site), à l’effet qu’elle était incommodée par la poussière émanant du site de construction, étaient fondées.
La condition 8 de l’Environment Impact Assessment (EIA) Licence de l’hôtel Les Creolias (en construction), octroyée le 7 octobre 2008, se lit comme suit : « Necessary measures shall be taken during all phases of the project, including site preparation, demolition, construction and operation so as not to cause any nuisance by way of noise, odour and dust pollution to the neighbours and the surrounding environment. »
Toutefois, malgré plusieurs lettres du ministère de l’Environnement et du Développement durable à la direction de Les Creolias pour lui demander de prendre des mesures afin de ne plus incommodés son voisin, l’hôtel Calodyne Sur Mer, par la poussière émanant ce son site de construction, le ministère continuait à recevoir des plaintes à cet effet. De telles lettres ont été envoyées le 15 mai et le 21 août dernier.
Dans une correspondance en date du 22 août 2013, Les Creolias Hotel a même informé le ministère que « toutes les dispositions ont été prises pour minimiser la poussière, avec notamment l’installation de filets et des aspersions d’eau. »
Or, lors d’une visite sur le site de construction mercredi, les inspecteurs ministère de l’Environnement ont constaté qu’il y avait toujours des accumulations de poussière un peu partout dans la cour de Calodyne Sur Mer, notamment sur les balcons, dans la piscine, dans le restaurant et sur les feuilles des arbres. Ce qui incommodait fortement des résidents de cet hôtel.
Les inspecteurs de l’Environnement ont également noté qu’il y avait sur le site de construction de Les Creolias des tas de terre. Le vent soufflait sur ces tas de terre, ce qui constituait la cause de la pollution par la poussière dont se plaignait la direction de Calodyne sur Mer.
Les inspecteurs n’ont pas manqué d’observer également que la direction de Les Creolias ne semblaient pas avoir pris de mesures correctives, comme la couverture des ces tas de terres ou leurs aspersion, pour atténuer cette pollution par la poussière, principalement lors des opérations d’enlèvement de la terre.
Eu égard à ces manquements notés, ministère de l’Environnement a émis une Enforcement Notice à l’encontre de la direction de Les Creolias lui ordonnant de prendre « immédiatement » des mesures correctives pour faire cesser cette pollution par la poussière. Faute de quoi, elle s’expose, pour une première conviction à une amende se situant entre Rs 50 000 et Rs 100 000 et une peine de prison ne dépassant pas quatre ans. En cas de récidive, elle risque une amende de Rs 100 000 à Rs 500 000 et un terme d’emprisonnement ne dépassant pas Rs 12 ans.