Alliance Hotels Ltd, la société de gestion de l’hôtel Calodyne-sur-Mer, lequel appartient à l’Employees Welfare Fund (EWF), a logé un procès contre Dewanan Nadan, le directeur de Bluecherry Hotels, un groupe qui cherchait à prendre la place de la première. Dans ce procès, la plaignante réclame au défendeur des dommages de l’ordre de Rs 15 M.
Comme nous en avions fait état il y a quelques semaines, cette lutte pour la gestion de l’hôtel remonte à plusieurs mois. La division commerciale de la Cour suprême, présidée par le juge Paul Lam Ling, avait rejeté la demande d’injonction (« application for injunctive relief ») déposée par la Bluecherry Hotels & Resorts Limited contre Alliance Hotels Ltd.
En gros, depuis quelques années, l’EFW avait accordé à Alliance Hotels Ltd un bail pour gérer son hôtel. Dans un premier temps, il a décidé de résilier prématurément le contrat accordé à cette dernière. La date effective de cette décision avait été fixée au 1er juillet dernier. Toutefois, entre-temps, Berty Ramdoo, Managing director d’Alliance Hotels Ltd, a entrepris des démarches auprès l’EWF pour lui rappeler que son bail est toujours valide. Aux termes des discussions, l’organisme a accepté d’annuler sa décision de résilier celui-ci et de l’étendre jusqu’à fin 2016.
Dans un affidavit daté du 15 octobre, Berty Ramdoo avait rappellé que Dewnan (Dave) Nadan était l’ancien Chief Executive Officer (CEO) d’Alliance Hotels, et qu’à un certain moment, il était au courant des démarches entreprises par la compagnie gestionnaire auprès de l’EWF. C’est lorsque Dave Nadan a logé une demande d’injonction de Habere Facias Possessionem contre Alliance Hotels que Berty Ramdoo, en prenant connaissance de l’affidavit accompagnant la motion, a obtenu le bail alloué par l’EWF. Soulignons que Dave Nadan n’a pas obtenu l’ordre recherché.
En ce qui concerne le récent procès, dans un affidavit qu’a rédigé Me Narain Appa Jala, Berty Ramdoo fait savoir qu’en février dernier, Dewanan Nadan l’avait approché pour lui demander de partager le bail de gestion de l’hôtel avec Bluecherry. L’EWF en fut informé le 28 février par courrier. Entre-temps, plus précisément le 1er mars 2014, Nadan s’est vu offrir de l’emploi au titre de Chef Executive Officer du complexe avec des salaires mensuels de Rs 138 000. Mais il a été licencié le 10 juillet, puisqu’il a fait preuve, toujours selon l’affidavit de M. Ramdoo, de peu d’intérêt dans ses fonctions.
En fait, souligne l’affidavit, M. Nadan travaillait plutôt pour le compte de sa compagnie. À ce titre, il a dirigé des tournées de promotion au nom de celle-ci. Tout cela pousse Berty Ramdoo à intenter le présent procès au directeur de Bluecherry. Il a retenu les services de Me Siv Potayya, avocat.