Presque 72 heures après le double meurtre de Camp-de-Masque, où une grand-mère, Reshma Rughoobin, (Bibi Fateema Cassim), âgée de 54 ans, a reçu plusieurs coups de couteau mortels, et une adolescente de 14 ans, Yeshna Rughoobin, a été littéralement égorgée d’un coup fatal à l’arme blanche, alors que l’état de santé de Tushal Rughoobin, 11 ans, élève en Form I, inspire toujours des inquiétudes, le mystère attend toujours d’être éclairci. Les limiers de la CID Eastern Division, sous la supervision du surintendant Ramgoolam, et les membres de la Major Crime Investigation Team (MCIT), menés par l’assistant surintendant de police Dieudonné Gérard, sont en stand-by pour consigner la version des faits du présumé meurtrier, Tavish Ausman, alias Kevin, âgé de 17 ans, qui avait été appréhendé sur les lieux du crime au domicile des Rughoobin, à Montagne-Goyaves, Camp-de-Masque, trois heures après le drame vendredi dernier. Entre-temps, avec le retour en toute urgence des parents des enfants, Vikram et Asha Rughoobin, de Perth, Australie, les funérailles des deux victimes se sont déroulées à la mi-journée hier dans une ambiance de grande douleur et de fortes émotions avec la présidente de la république, Ameenah Gurib-Fakim, tenant à faire le déplacement à Camp-de-Masque, pour présenter sa sympathie à la famille frappée par un deuil des plus incompréhensibles.
Depuis ce matin, avec la décision des médecins de l’hôpital de Flacq d’enlever le meurtrier présumé, Tavish (Kevin) Ausman, du respirateur artificiel, les membres de la Criminal Investigation Division (CID) de l’Eastern Division et ceux de la MCIT se tiennent prêts pour procéder à l’interrogatoire Under Warning de celui-ci. Toutefois, cet exercice dépendra uniquement de l’avis médical attestant que Kevin Ausman est « apte à subir des interrogatoires ». Des indications recueillies par Le Mauricien laissent entendre qu’après l’étape de ce matin, les médecins traitants à Flacq devront attendre au moins les prochaines 48 heures pour se prononcer sur une éventuelle décharge du suspect d’autant plus qu’il a subi une intervention chirurgicale durant le week-end suite à des « self-inflicted injuries ».
Dans cette éventualité, Kevin Ausman, qui habite à quelque 200 mètres de la maison des victimes à Montagne-Goyaves, Camp-de-Masque, devrait se retrouver avec deux accusations de Murder, pour Reshma et Yeshna Rughoobin, et de Wounds and Blows contre Tushal Rughoobin. À ce stade, les enquêteurs de la police ne sont en présence que des détails d’un « first interview » du meurtrier présumé au sujet de sa présence sur la Scene of Crime et des traces de blessures relevées sur son corps lors de son arrestation tard vendredi après-midi.
D’aucuns affirment que Tavish Kevin Ausman pourrait avoir de difficultés insurmontables pour maintenir sa thèse de « self defence » face à Reshma Rughoobin, comme rapporté jusqu’ici. D’entrée de jeu, il devra justifier la présence de deux armes blanches sur lui au moment des agressions, avec au moins 16 coups de couteau dans le cou et dans le dos de la « nani, qui ne voulait rien entendre des relations » entre la jeune Yeshna et lui. Ensuite, il y a tout ce qui s’apparente à « une sauvage agression », avec la carotide sectionnée de Yeshna Rughoobin d’un seul coup à l’arme blanche et les huit coups de couteau infligés au cou et à l’estomac du petit Tushal, qui a pris la fuite pour réclamer de l’aide.
Pour ce qui est de l’état de santé de Tushal Rughoobin, qui aurait été atteint au foie par l’un des coups d’arme blanche, les médecins ont également pris la décision d’enlever la respiration artificielle à l’Intensive Care Unit (ICU) de l’hôpital de Flacq. Toutefois, son état de santé inspire encore des inquiétudes. Asha Rughoobin, qui a perdu sa fille aînée, Yeshna, dans des moments dramatiques, s’inquiète pour son fils. « Mo prie pou ki mo garson (Tushal), mo lot lebra, pa ale… », ne cessait-elle de répéter lors des funérailles.
Le père, Vikram Rughoobin, qui se préparait à accueillir ses deux enfants en Australie en mai prochain, était inconsolable, alors que Suresh Rughoobin, le grand-père de Yeshna et l’époux de Reshma Rughoobin, était écrasé par le poids de ce double dramatique événement. De nombreux proches, des voisins de même que des personnalités, dont la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, le député Kalyan Tarolah, le secrétaire général du MMM, Ajay Gunness, Anil Bachoo et Patrick Assirvaden du Parti travailliste, ont tenu à se rendre au domicile des victimes pour rendre un dernier hommage aux deux victimes d’une « folie meurtrière encore incompréhensible »…