Les récents déboires du Club M sur la scène africaine semblent restés en travers de la gorge du sélectionneur Alain Happe. Les deux défaites 7-1 aux mains des Ghanéens et 3-0 contre l’Afrique du Sud n’ont cependant pas réussi à mettre à mal la confiance du Français en ses protégés. Il parle malgré tout de motifs de satisfaction.
« Quand on sait que le Ghana allait sortir l’artillerie lourde et que l’Afrique du Sud avait des joueurs valables, il faut relativiser ». Comparant les coéquipiers d’Asamoah Gyan à l’Allemagne championne du monde, le sélectionneur du Club M a parlé du réalisme ghanéen. « Ils nous ont mis cinq buts lors de leurs cinq premières occasions », remarque-t-il.
Mais au milieu de cette vague de défaites, il trouve également de quoi être satisfait. Kevin Jean-Louis, le gardien de but, en est un. « Il est indiscutable. Il a un temps d’avance sur Christopher Casernes ». Selon lui, c’est bien le portier mauricien qui empêche son équipe de sombrer encore plus contre le Ghana et l’Afrique du Sud. « À un moment, Gyan est maladroit et Jean-Louis retrouve ses moyens. Contre l’Afrique du Sud, il nous sort également un grand match ». D’ailleurs, les différents récits de la presse sud-africaine, dont SuperSport, parlent de l’impact de Jean-Louis sur la rencontre Afrique du Sud/Maurice.
« On a été moins catastrophiques contre l’Afrique du Sud, même si on prend trois buts en un quart d’heure. Mais après, derrière, je pense aussi qu’on doit être satisfait des jeunes ». Il cite notamment Adel Langue, Adrien Botlar et Kevin Perticots. « Ils sont peut-être trop jeunes pour ce niveau, mais ils commencent à baigner tôt dans l’atmosphère africaine. À moyen terme, ce sera un bel atout ».
Pourtant, face à la tâche qui l’attend dans 34 jours à La Réunion, le sélectionneur se pose beaucoup de questions. D’une part, il essaie encore de récupérer quelques éléments, d’autre part, il lui faut régler ses problèmes offensifs. « Ludovic Lafoudre était blessé mais il est entré contre le Ghana, et ensuite Gurty Calembé a été blessé pendant quelque temps », explique-t-il.
L’autre satisfaction à ce niveau demeure Jonathan Édouard. « Il n’est pas un pur attaquant, mais il est celui qui a pesé le plus sur la défense sud-africaine ». Autre élément qui trotte dans la tête d’Alain Happe : l’état de fraîcheur des joueurs. « En ce moment, ils enchaînent les matches. Certains, comme Yannick Dig- Dig, sont fatigués et donc plus à risque d’être blessés ».
Et la sélection pour les JIOI dans tout ça ? Quand sera-t-elle établie ? Car même si la date butoir a été fixée au 30 juin, il lui faut encore voir les joueurs indisposés par des blessures, puis ceux qui pourraient se greffer au groupe. « Nous allons retarder l’échéance le plus longtemps possible. Pour l’instant, nous allons brasser large parmi les locaux et voir ceux qui sont récupérables ». On pense là à Christopher Bazerque, Marco Dorza, ou encore Stéphane Pierre.
« Pour l’instant, il faudra voir si les expatriés seront de la partie. Certains, notamment ceux en Europe, pourraient être dans leur période de transfert ou de préparation avec leur club. Et comme les Jeux ne sont pas considérés comme une échéance de la FIFA, ça risque d’être un peu compliqué », conclut-il.