Poteet Bhawanee, Deeksha Nepaulsing, Selvina Rajodu et Narmeem Kataully sont tous des élèves du collège Hamilton de Mahébourg, qui fête ses 53 ans en octobre. À cette occasion, la direction du collège a organisé une campagne de nettoyage et de sensibilisation dans la localité sur le thème “Conscientiser les gens dans l’action et protéger notre environnement”.

Les élèves ont participé vendredi matin à une marche de sensibilisation sur l’environnement, qui a débuté au département des filles du collège Hamilton, rue Cent-Gaulettes, Mahébourg, et a pris fin au département garçons rue Diamant. Il y avait des activités culturelles animées par les élèves et des membres du personnel ont pris la parole pour parler des objectifs du collège.

Le Mauricien a sollicité quelques élèves pour qu’ils donnent leurs points de vue sur l’environnement à Maurice. Ainsi, pour Poteet Bhawanee, en “Lower Science”, « certains Mauriciens sont responsables si notre pays est pollué. » Car ils ne se rendent pas compte que cette mauvaise habitude de jeter des ordures à droite et à gauche peut avoir de graves conséquences sur notre environnement. Et l’élève d’ajouter : « Il est temps que les Mauriciens en prennent conscience car nous risquons de nous retrouver face à gros problèmes d’eau en 2020. »

Pour Deeksha Nepaulsing, la campagne de sensibilisation sur l’environnement doit commencer dans les écoles préprimaires. « Il faut apprendre aux élèves à développer le bon réflexe à l’école et à la maison. Il faut un changement de mentalité à plusieurs niveaux », dit-elle. Selvina Rajodu et Narmeen Kataully partagent eux aussi l’avis de deux leurs condisciples. « Le climat est en train de changer avec des conséquences sur l’accès à l’énergie, l’eau et les mouvements de population. À mon avis, le changement climatique veut aussi que nous changions notre comportement face à notre environnement ».

Munsoo Kurrimbaccus, enseignant, et maître de cérémonie, a lui axé son discours sur le changement climatique à travers le monde. Uzheir s’est dit, lui, heureux que les élèves de cette institution secondaire soient « toujours à l’abri des fléaux qui ont gagné d’autres établissements à Maurice ». « Nou bizin faire tout pou nou reste loin », at- il souhaité.