À 24 heures de la clôture de l’exercice d’enregistrement des partis et des alliances politiques pour le scrutin du 10 décembre, un coup d’accélérateur à ce processus à la Commission électorale a été donné. À la mi-journée, le nombre de 36 formations enregistrées, y compris les partis à Rodrigues, était atteint alors que les paris sur la possibilité que la performance de 2010, soit 65 partis, soit battue, sont ouverts. Les deux principales forces politiques, en l’occurrence l’Alliance de l’Unité et de la Modernité (PTr-MMM) et l’Alliance Lepep (MSM-PMSD-Muvman Liberater), ont choisi ce jeudi pour se rendre au QG de la Commission électorale. À Rodrigues, dès l’ouverture du bureau de la Commission électorale régionale à Port-Mathurin, en présence de la Returning Officer Carole Green-Jokhoo, les représentants des principaux partis politiques – dont l’Organisation du Peuple Rodriguais (OPR) et du Mouvement Rodriguais (MR) – de même que ceux de la nouvelle alliance politique entre Johnson Roussety et Christian Leopold, s’y sont succédé avant la fermeture pour le déjeuner.
Les dirigeants du PTr et du MMM – Deva Virahsawmy, Kalyanee Juggoo et Patrick Assirvaden d’une part et Rajesh Bhagwan, Steven Obeegadoo et Arianne Navarre-Marie –, accompagnés de Me Leckraj Nuckchadee, ont complété les formalités d’usage en présence du commissaire électoral Irfan Rahman et de ses plus proches collaborateurs peu avant midi. Le symbole retenu par l’Alliance de l’Unité et de la Modernité sera composé de la clé et du coeur, comme c’était le cas pour les élections du 21 décembre 1995.
Rajesh Bhagwan, secrétaire général du MMM, et Patrick Assirvaden, président du PTr, se disent tous deux confiants quant à l’issue de la joute électorale du 10 décembre. « Le train de la victoire est déjà en marche pour balayer les passéistes et les auteurs de fausses promesses. Comme l’ont dit Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, c’est un tsunami qui s’abattra sur nos adversaires politiques. Nous sommes nettement confiants d’une très grande victoire. Nous avons à coeur l’avenir et la jeunesse de ce pays. Pour nous, le peuple passe avant toute chose », a-t-il déclaré en substance au Mauricien tout en mettant l’accent sur « l’esprit d’équipe et l’entente entre les deux partis ».
Auparavant, à sa sortie du bureau du commissaire électoral, Rajesh Bhagwan a évité de commenter l’incident dans la soirée d’hier lors d’une réunion électorale de l’Alliance Lepep à Nouvelle-France, préférant laisser la police terminer son enquête. « Il faut laisser la police faire son travail. Ena buku insidan fabrike kuma ena buku fos trak ou ankor dimunn avek fos nom lor rajo », devait-il ajouter à ce sujet.
De son côté, Patrick Assirvaden s’est associé aux propos de Rajesh Bhagwan sur le déroulement de la campagne de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité  sur le terrain. « Il y a quelques minutes à peine, nous avons eu la signature de la victoire. En constatant ce qui se passe sur le terrain, il est clair que les partis de l’opposition doivent se préparer pour affronter un véritable cyclone. Mais nous ne pouvions que regretter la violence déguisée de nos adversaires sur le terrain pour essayer de bénéficier de sympathie. Cette tactique ne marchera pas », a-t-il dit.
Les dirigeants de l’Alliance Lepep, qui ont animé un point de presse en début d’après-midi, s’apprêtaient également à compléter les formalités d’enregistrement. Ils devaient se rendre au siège de la Commission électorale vers 14 heures à cet effet.
À Rodrigues, le dernier venu sur la scène politique, soit l’alliance du Front Patriotique Rodriguais (FPR) de Johnson Roussety et du Mouvement Militant Rodriguais de Christian Leopold, a mis de la manière et de la couleur au processus d’enregistrement. Les dirigeants de cette nouvelle plateforme politique, issue d’une double scission du Mouvement Rodriguais de Nicolas Von-Mally, ont débarqué à Port-Mathurin à la tête d’un défilé où le rouge et le bleu s’entremêlaient, comme pour marquer le coup d’envoi de la campagne dans l’île.
Le seul hic, c’est que la Returning Officer de la circonscription No 21, Carole Green-Jokhoo, a dû rappeler aux représentants du FPR et du MMR qu’ils devaient d’abord enregistrer leurs partis respectifs avant de pouvoir passer à leur alliance. Commentant cette nouvelle étape politique, Johnson Roussety, leader du FPR, soutient qu’il faudra se battre jusqu’à la dernière minute pour remporter les prochaines élections.
Dans la matinée, Francisco François – accompagné de Stephen Swee et Buisson Perrine – avait fait le nécessaire auprès de la Commission électorale à Port-Mathurin au nom de l’OPR. « Nous entrevoyons une grande victoire de l’OPR sur le terrain car le principal adversaire, le MR, s’est scindé en trois », déclare Francisco François. En revanche, le leader de l’OPR, Serge Clair, n’a pas voulu se laisser entraîner dans la « cuisine interne de l’opposition ». Et de faire comprendre au Mauricien : « Je ne compte nullement commenter ces affaires. Pour l’OPR, c’est l’unité et la continuité qui priment pour une Rodrigues autonome. » De son côté, Gaetan Jhabeemissur, qui était en compagnie de Rosaire Perrine pour enregistrer le MR, affirme être « calme et serein » dans la conjoncture. « Le MR compte afficher la neutralité et c’est l’électorat qui décidera », a-t-il lancé. À la mi-journée, Raffick Goolfee, ancien militant MMM de la circonscription de Port-Louis Maritime et Port-Louis Est (No 3), s’est pointé à la Commission électorale au nom du Muvan Libérasyon Militan comme pour ajouter au légendaire folklore électoral…