La campagne en vue des Snap Elections abordera un tournant décisif à partir des prochaines 48 heures. Du côté de la Commission électorale, la machinerie a déjà été mise en branle pour que tout soit fin prêt le jour J, comme l’indique le commissaire électoral Irfan Rahman. Même si le Budget 2014 ne fait aucune provision pour des dotations en vue de l’organisation des élections générales anticipées, la Commission électorale disposera d’une enveloppe d’un montant de Rs 250 M à R 300 M pour le financement du prochain scrutin avec l’avènement de la IIe République. Dès la semaine prochaine, la Commission électorale et l’Electoral Supervisory Commission se mettront en “decision-making mode”. En parallèle, le comité conjoint Ptr/MMM poursuit ses consultations dans le cadre du “drafting” du Second Republic Bill, dont l’ébauche est annoncée pour être prête avant le Polling Day pour les prochaines élections générales.
À ce stade des préparatifs, les coûts des élections sont estimés à un maximum de Rs 300 millions et les dépenses seront couvertes selon la formule de “Vote on Account” avec le Budget 2015, présenté début de l’année prochaine, validant officiellement ces dépenses. Dans les milieux de la Commission électorale, on ne se fait pas de souci par rapport aux fonds nécessaires et aux dépenses devant être encourues.
Dans l’immédiat, la préoccupation dans l’organisation de ces élections demeure au niveau de la liste des 21 Returning Officers répartis dans les différentes circonscriptions de Maurice et de Rodrigues. Selon des recoupements d’informations effectués auprès de sources concordantes, cette liste est déjà prête et la Commission électorale a dû tenir compte des promotions intervenues dans le judiciaire et des départs à la retraite, de même que trouver des remplaçants pour ces fonctions si cruciales au bon déroulement du scrutin et du décompte des voix précédant la proclamation des résultats.
« La Commission électorale est tenue de dresser cette liste de Returning Officers à l’avance car le nom du responsable est cité nommément dans le Writ of Election de chacune des 21 circonscriptions suite à la proclamation par le Président de la République », a déclaré le commissaire électoral au Mauricien. En principe, les noms des membres du judiciaire et des hauts cadres de la fonction publique désignés en tant que Returning Officers devront être avalisés lors de la prochaine réunion de l’Electoral Supervisory Commission, présidée par Me Yousouf Aboobaker, Senior Counsel. Cette réunion devra être convoquée soit mardi, soit mercredi, et la liste est approuvée par le secrétaire au Cabinet selon les pouvoirs délégués par la Public Service Commission (PSC).
Le calendrier établi confirme qu’il ne faudra nullement s’attendre à une publication simultanée en début de semaine par la Présidence de la République du document de la dissolution de l’Assemblée nationale et des Writs of Elections avec la date du Nomination Day et du Polling Day. En mars 2010, ces deux développements constitutionnels étaient intervenus le même jour, mais à quelques heures d’intervalle. Pour la confirmation de la date des élections, probablement à la mi-novembre, il faudra sûrement repasser après le rassemblement national Ptr/MMM du dimanche 12 octobre.
Toujours au cours de la semaine prochaine, il faudra s’attendre à la publication à l’officiel, dans une édition extraordinaire de la Gazette du Gouvernement, des nouvelles Elections Regulations. L’intérêt majeur de ces règlements porte sur l’intégration des nouvelles dispositions contenues dans les Temporary and Transitory Constitutional Provisions permettant à des candidats aux élections générales de ne pas déclarer leur appartenance communautaire, contrairement aux précédentes élections où des candidatures avaient été rejetées sans cette déclaration. D’autres règlements davantage “voter-friendly” sont également à prévoir à cet effet.
Après cette étape, la Commission électorale s’attellera aux préparatifs menant au Nomination Day, soit le recrutement d’une cinquantaine de Deputy Returning Officers appelés à épauler les 21 Returning Officers. Pour le jour du scrutin et l’exercice du dépouillement des bulletins de vote, quelque 12 000 fonctionnaires seront recrutés.
Au fur et à mesure que les échéances électorales se rapprocheront, les réunions de l’Electoral Supervisory Commission se multiplieront avec l’Electoral Code of Conduct réactualisé, prêt pour être souscrit par des candidats le jour du dépôt de candidatures. Avec la dissolution de l’Assemblée en début de semaine, la Commission électorale sera engagée dans une véritable course contre la montre…