Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui se tient à la Place du Quai, le dernier meeting national de l’alliance PTr-MMM et celui de l’alliance Lepep à Vacoas. Car en ces lieux, que ce soit à Port-Louis ou à Vacoas, les partis politiques y ont connu de grands moments de l’histoire. D’une part, l’évocation de la Place du Quai remémore, entre autres dates historiques, le 6 juin 1982, date à laquelle, une marée humaine s’était rassemblée à Port-Louis pour dire « oui au changement ». D’autre part, la gare de Vacoas rappelle, sans doute, le meeting du 8 avril 1983, date de la création officielle du MSM. Chaque cinq ans, la campagne électorale fait revivre des traditions perpétuées depuis des décennies. Certaines rencontres sont ainsi inévitables, surtout quand les meetings sont tenus dans des lieux désormais mythiques. De 1936 au Champ-de-Mars où le PTr voit le jour sous le Dr Maurice Curé, à Bar Cha Cha, Stanley, devenu le lieu incontournable du MMM, en passant par le Gandhi Square à Rivière-du-Rempart ou la Boutique Lédent L’Or à Bambous, dans chaque circonscription, un site témoigne de la ferveur des élections pour chaque parti. Zoom sur ces lieux qui s’inscrivent dans l’histoire des élections.
Situés généralement dans les places publiques, ces lieux mythiques — où les candidats sont souvent accueillis dans une ambiance de fête, en fanfare au rythme des tambours et autres instruments —, qu’ils soient régionaux ou nationaux, regorgent tous d’une histoire, d’un symbole. Les rencontres politiques qui s’y tiennent font partie du folklore électoral. L’évocation d’une rencontre en ces lieux démontre l’importance de l’événement. Dans le cadre des législatives du 10 décembre, ces lieux ont encore une fois été investis, même si pour de nombreux témoins de l’histoire politique de Maurice, la ferveur n’y est plus comme avant.
Si le 1er mai 1982 vient à la mémoire de ceux qui ont vécu l’indéniable succès d’affluence et d’ambiance du meeting conjoint tenu par le MMM-PSM à la Place Margéot à Rose-Hill, où une foule de plus de 50 000 personnes, hommes, femmes de tous âges et de toutes communautés, selon la presse, avaient fait le déplacement — la majorité, en provenance des villes, s’y étant déplacée à pied —, beaucoup se souviennent encore du grand rassemblement des sympathisants rouges, avec l’annonce de la création du PTr par le Dr Maurice Curé en mai 1936. Ce rassemblement s’était déroulé au Champ-de-Mars, qui a d’ailleurs aussi été témoin en 1982 du grand meeting de la victoire du MMM-PSMD.
Auparavant, le 8 mai 1982, c’est devant environ 8 000 personnes, à un meeting régional de l’alliance MMM-PSM, Place de La Gare à Quatre-Bornes, que le secrétaire général du MMM d’alors, Paul Bérenger, parle d’un complot qui aurait été ourdi dans le courant de la semaine par ses adversaires politiques pour attenter à sa vie. Ce meeting, auquel ont pris part plusieurs orateurs, dont SAJ et Harish Boodhoo, avait été quelque peu perturbé par le passage d’une flotte de voitures arborant les couleurs du PMSD avec en tête, le leader, SGD. N’était l’intervention des militants eux-mêmes, les choses auraient pu se dégrader. Mais un service d’ordre exemplaire avait été mis en place par les militants pour former un cordon autour de l’assistance.
100 000 personnes
Plus tard, soit le 6 juin 1982, une marée humaine s’était rassemblée à la Place du Quai à Port-Louis et dans les rues y donnant accès, pour le meeting national MMM-PSM, qui aura été pour beaucoup « la plus grande foule jamais rassemblée dans l’histoire du pays, en un lieu donné, par un parti politique ». Toutes les artères menant à Port-Louis avaient pris, entre 8h et 9h30, l’allure d’autant de fleuves se déversant sans relâche dans une mer mauve et blanche. De Beau-Bassin/Rose-Hill à Port-Louis, la route royale était complètement congestionnée par un flot de véhicules bondés, roulant à une allure d’escargot, se frayant à grand-peine un chemin à travers une foule compacte de marcheurs, se dirigeant en procession vers la Place du Quai. Plus de 100 000 personnes selon la presse vinrent soutenir ce jour-là la coalition MMM-PSM pour dire « oui » au changement.
Si ce meeting à la Place du Quai est souvent qualifié de plus grand meeting politique de l’histoire, le lieu étant aujourd’hui encore cité et servant comme un des lieux les plus célèbres, l’on retiendra que le Champ-de-Mars a accueilli le plus grand rassemblement de l’histoire de Maurice.
En effet, le 20 juin 1982, à l’immense manifestation populaire au Champ de Mars pour « la fête de la victoire » de 60-0 de l’alliance MMM-PSM et de l’OPR, ils étaient des milliers venus par autobus, par camions surchargés, à pied, en autos, les militants et sympathisants ainsi que des curieux à s’être déplacés. Le chiffre officiel avancé, selon la presse de l’époque, est de 200 000 personnes. Mais au-delà de ce nombre, cette immense fête populaire retient jusqu’aujourd’hui l’attention des Mauriciens qui l’ont vécue.
Qualifiée de manifestation politico-culturelle, de gigantesque pique-nique, de défoulement collectif joyeux et bon enfant, la « fête de la victoire » au Champ de Mars a été l’occasion d’une grande réjouissance populaire. Beaucoup se souviennent encore que si les différentes interventions politiques ce jour-là avaient été inégalement écoutées, la foule, au sein de laquelle la forte présence féminine et de beaucoup d’enfants avait été remarquée, avait prêté une oreille particulière à la fête culturelle animée par les artistes rodriguais et mauriciens.
Outre Port-Louis et Quatre-Bornes, la gare de Vacoas et le bazar de Curepipe ont aussi eu leurs heures de gloire. À titre d’exemple, après l’éclatement du MMM, 20 000 personnes se sont réunies à Vacoas le 8 avril 1983 pour le lancement officiel du Mouvement Socialiste Mauricien (MSM). Un meeting auquel participaient, outre SAJ, Kader Bhayat, Anil Gayan, Sylvio Michel, Vishnu Lutmeenaraidoo, entre autres, qui, selon la presse, a connu un grand succès, tant sur le plan de l’affluence que de l’enthousiasme. La pluie battante qui arrosait l’assistance fut même qualifiée de bénédiction des cieux pour le MSM.
Ferveur estompée
Si certaines dates sont trop lointaines, aujourd’hui, beaucoup se souviennent encore du dernier meeting qui s’est tenu à la Place Edward VII à Rose-Hill en 1999. Lieu qui, après les grands meetings tenus au Champs-de-Mars et à la Place du Quai dans les années 1980, demeure vivant dans l’esprit des plus âgés qui ont suivi le grand rassemblement qu’y a tenu sir Gaëtan Duval, à la suite de quoi le leader du PMSD fut arrête après des supposées révélations de Moorgesh Shummugum sur l’affaire Azor Adélaïde.
Mais ce lieu est aujourd’hui encore plus marquant pour ceux qui se souviennent que Kaya y a tenu sa dernière prestation scénique, lors du meeting pour la dépénalisation du gandhia organisé par le Mouvement Républicain. C’était le 16 février 1999. Après ce meeting, Kaya fut arrêté et mourut en cellule et des émeutes éclatèrent à travers l’île.
Si les anciens en évoquant les grands rassemblent politiques parlent de véritables grands meetings qui réunissaient des foules de 50 000 à 100 000 personnes, toutes venues de leur plein gré, sans promesse de manger-boire-lamer, aujourd’hui, les meetings nationaux ont perdu de cette ferveur. Et les partis misent davantage sur les congrès et autres réunions nocturnes régionaux pour réunir leurs partisans. Cependant, tradition oblige, tous les partis battront le grand rappel pour le dernier dimanche précédent les élections. Et déjà, les préparatifs s’activent pour que la Place du Quai où l’alliance PTr-MMM tiendra son dernier meeting fasse honneur à sa renommée, ou pour que la gare de Vacoas, où l’Alliance Lepep doit réunir ses partisans, traduise l’importance de l’événement.